Israël, il faut y Croire, le Vouloir et Tenir mais c’est tellement…Beau et si…Puissant ! – Schmouel 27 – 20 Juin 2011

MP4 MP3 Nous continuons nos cours sur la Royauté d’Israël qui vont nous entrainer vers une étape nécessaire pour une meilleure compréhension future. Nos cours s’articulent au rythme de la construction de notre pays et de notre nation nécessitant parfois une consolidation.
L’enfant de Léa (Yéhouda) s’opposait déjà à l’époque à l’enfant de Rahel (Yossef) sur la royauté.
Le sceptre ne peut être ailleurs que chez Yéhouda, dira Moshé dans le verset.
Alors, pourquoi doit-on passer par Béniamine dont le descendant est Chaoul ?
Pourquoi D. choisit il une royauté qui ne durera que 2 ans et se terminera de manière lamentable ?
La question mérite d´être posée et vaut le détour !
Paracha Vayichlah : Lorsque Yaacov revient après 22 ans de chez Lavan, il va se battre avec l’ange d’Essav et le vaincra. L’ange va alors le nommer Israël, Essav va reconnaître ce Nom qui signifie droiture (Yachar El, bien que durant des millénaires, Yaacov sera accusé de tous les maux, Essav lui-même reconnaitra à la fin de l’histoire que Yaacov Israël est la droiture par excellence).
Levi, représentant la caste religieuse, ne sera nommé que par D. car il va jouer un rôle fondamental dans notre histoire mais d’une manière générale, c’est la mère et/ou le père (une fois) qui nomme l’enfant. Néanmoins, le plus grand des noms de notre peuple sera donné par l’ange d’Essav !
Elokim rajoutera qu’une assemblée de rois sortiront d’Israël. Or, Yaacov savait qu’il y aurait 12 garçons, 11 étaient nés, il ne restait que Béniamine.
Les enfants de Rahel ont joué à 2 reprises un rôle fondamental dans la construction de notre nation. Nous avons reçu notre terre garce à un enfant de Rahel (Yéochoua enfant d’Ephraim) et avons entamé la construction de notre pays grâce à l’autre enfant de Rahel (Chaoul descendant de Béniamine).
Avant David, le peuple juif n’avait pas d’unité, il n’y avait pas de pouvoir central !
Quand les tribus étaient attaquées et ce, durant 500 ans, les réactions se faisaient de manière isolées (c’est la tribu concernée qui réagissait, hormis une fois) ! Il y avait 12 ‘peuples’ sur ce petit territoire, chacun avec son pouvoir et sa capitale.
Chaoul commencera à réunir la nation et débutera les conquêtes mais c’est David qui récupèrera la majorité des territoires ! Tout commence par un enfant de Rahel mais ca finit par un enfant de Léa !
Il y a un processus implacable qui traverse toute l’histoire avec 2 étapes dont les sources sont différentes à l’image de Machiah ben Yossef et Machiah ben David !
Les tribus qui composent la nation d’Israël sont nommées par les mères et même Béniamine n’échappent pas complètement à la règle.
Au moment ou Rahel était en train d’accoucher et de partir, elle l’appela son bébé, Ben Oni (le fils de ma souffrance) mais Yaacov rajoutera à la nomination en l’appelant Ben Yamine et le rav de développer sur l’importance du prénom sur la vie de l’enfant (entièrement décidé par D.).
Et ces 2 noms ont évidemment une importance capitale. Yaacov veut rectifier le destin de son fils en changeant son nom et l’appelle Ben Yamine, Béniamine (le fils né en Israël, coté droit des attributs Divins). Mais le premier nom fait partie aussi de la structure ‘Nichmatique’ de cet enfant. La dimension masculine (Béniamine) l’emporte sur la dimension féminine (Bénoni) chez cet enfant. Israël ne s’acquiert que dans la douleur et la souffrance (Benoni) mais permet à celui qui y vit d’atteindre des sommets (Béniamine) ! Pour mériter de recevoir les fruits de cette terre, il faut être très fort (être un géant, pas de cadeau, on ne peut vivre ici en se berçant d’illusions). Ici, on ne peut plus jouer la comédie ! C’est une terre miroir qui nous révèle !
Il n’y a pas de terre d’Israël sans souffrance mais ses fruits sont des fruits de géants ! Il faut y croire, le vouloir et tenir !
Cet enfant porte en lui tout le message de la terre d’Israël !
Il est le seul à naitre en Israël, il est celui qui méritera d’avoir les Temples sur son territoire ! Il construira la nation et sera le seul à être nommé par le père. Néanmoins, il ne terminera pas le travail.
Il semble que la dimension masculine commence mais ne finit pas !
Yéchoua s’appellait Hochéa mais Moshé transformera son nom en lui rajoutant un Youd (la première lettre du nom Divin). Moshé voulait imprégner Yéochoua de la dimension masculine (direct descendant de Yossef, il porte en lui la dimension féminine) car il sait que les premiers doivent appartenir à la dimension masculine.
L’exil est sous le signe de la dimension masculine alors que la réalisation de la terre est sous le signe de la dimension féminine. L’apogée de l’histoire est le dévoilement de la grandeur de la dimension féminine ! L’homme apporte la graine et c’est la femme qui fait le reste (associé à D. bien sur) ! La construction est dans la douleur mais l’enfant s’appelle Beniamine comme pour dire à Rahel que viendra un jour ou du féminin sortira le bonheur absolu ! Messieurs, Même si nous parlons de Dimensions très élevés, le message est clair, ramenons ces commentaires au niveau d’un couple et rendons à notre épouse toutes ses lettres de noblesse !


10 juillet 2018
  1. Bonjour Rav, le fait que c\’est la Malkhout qui l\’emporte à la fin, c\’est parce que c\’est le côté masculin de la Malkhout qui termine le processus. C\’est pourquoi, c\’est d\’abord l\’inspiration féminine qui donne la première voix (le premier nom qui est le fondement c’est-à-dire que c’est par la souffrance qu’il faudra s’élever – le premier nom est tacite mais c’est lui qui imprime le mode de développement), puis la dimension masculine qui donne la dernière voix (deuxième nom = Benyamin , c’est ce qui est permis de développer à partir du fondement – « comme ça est la souffrance, comme ça est le mérite »). C\’est pourquoi, j\’avais émis l\’hypothèse que cela était l\’inverse pour Yessod; c\’est-à-dire qu’à la fin des temps, le Yessod est en retrait par rapport à la Malkhout car c’est le côté féminin du Yessod qui termine le processus. De là mon résonnement, Moché = Masculin du Yessod = fondement tacite (hokhmah), Rahel = Féminin du Yessod = exprime de façon explicite(Binah) ; Léa = Féminin de la Malkhout = fondement tacite (hokhmah), Yaacov = Masculin de la Malkhout = exprime de façon explicite (Binah). Ainsi à la fin des temps, le Yessod prend le caractère féminin (car Rahel est déterminante) et Malkhout prend le caractère masculin (car Yaacov est déterminant). Mais la fleur du raisonnement est dans ce qui va suivre : étant donné que Moché et Rahel sont la caractérisation du Yessod et Léa et Yaacov la caractérisation de la Malkhout, et comme le Yessod est prédominant sur la Malkhout, il faut considérer qu’il y a un ordre de transmission qui se fait dans cet ordre : (Moché=>Rahel)==>(Léa=>Yaacov). Cependant, ce qui nous intéresse est de comprendre comment vient Machiah ben Yossef (fondement tacite de la Malkhout) et comment vient Machiah ben David (fondement expressif de la Malkhout) c’est-à-dire comment comprendre l’union Rahel-Yaacov et l’union Léa-Yaacov ? Voici mon explication : Rahel va donner des conseils à Léa (comme les maitres de la Torah racontent que Rahel avait donné des secrets à Léa avant que cette dernière s’unisse à Yaacov). Rahel n’est pas du même niveau que Léa ; Rahel vient du niveau supérieur. De plus Rahel est l’expression à partir d’un fondement : ce fondement est supérieur et ne peut pas être compris par Léa. C’est pourquoi, Léa va écouter les enseignements de Rahel mais elle ne va pas comprendre le « cadre » de ses secrets ; alors Léa va comprendre ce qu’elle peut ! En comprenant ce qu’elle peut, Léa va créer un cadre qui permet d’apprivoiser les secrets transmis par Léa : ce cadre en question sera le fondement tacite de Léa (hokhmah). Ensuite, Léa va s’unir à Yaacov. En vérité, seule Léa peut s’unir à Yaacov ! Ainsi le bébé qui nait de cette union Léa-Yaacov va devoir porter un nom. C’est ici le dénouement de l’histoire. Léa appelle son fils Yossef (comme Rahel lui a dit de le faire) mais Yaacov appelle son fils David. Le bébé dans un premier temps est l’expression tacite de l’enseignement de Rahel (Yossef), mais en grandissant il va exprimer cet enseignement et le vivre en devenant David ! Au final, il faut s’imaginer les choses ainsi : Moché = Brit Avayé, Rahel = Avayé, Léa = Brit Elokim, Yaacov = Elokim : c’est-à-dire que l’union Rahel-Yaacov donne le fondement Machiah ben Yossef, puis la caractérisation finale est comme l’union entre Lea-Yaacov . Mais le processus est plus complexe ; il faudrait voir Machiah ben Yossef comme Avayé exprimant la Brit Elokim (ou jonction Avayé-Brit Elokim) et Machiah ben David comme la partie d’Avayé transmise s’exprimant à travers Elokim (ou jonction Avayé-Elokim). Le processus traduit un phénomène d’imbrication, c’est pourquoi il est difficile à expliquer. J’espère que vous aurez saisi mon raisonnement. Rav, j’aimerais de tout cœur que vous me donniez votre avis.

  2. merci rav pour ce cours . cela m inspire dans l actualite d aujourd hui cette analyse . la souffrance de la dimension feminine dans un exil a dimension masculine me fait penser entre autre a la souffrance sous la france : l espagne ou c est trouvee isabelle la catholique chassant les juifs d espagne :1ere souffrance de la dimension feminine :elle chasse la dimension masculine de sa vue et de son existence et le vide se cree . 2 eme souffrance plus dure encore pour elle :elle trouve une dimension masculine aux ameriques dans la violence telle qu elle a ete .et la le trop plein se cree ;actualite jusqu aujourd hui:coup d etat militaire, barbarie envers les autochtones,amerique du sud , amerique centrale, amerique du nord et j en passe enormement bien evidemment et…. ironie de l histoire ,toute cette violence accumulee explose en un lieu le mexique :ce qui reste de SA dimension feminine a la frontiere des etats unis :ce qui reste de SA dimension masculine . pas d union possible a cette frontiere en tout cas pas dans cet etat de fait:PAS DANS CES FORMES D ETATS ….peut etre non???

  3. Binyamin…Zéèv Herzl??? Le grand \ »commenceur\ » de notre processus de délivrance???

  4. Cher Elior: avec le plus grand respect pour votre serieux , votre intelligence brillante et votre grande profondeur, j\’avoue avoir beaucoup de mal a saisir le sens de votre enseignement….peut etre pourriez vous reecrire l\’essentiel et plus simplement…merci

  5. the junction point includs both feminin and masculine it is the point between the vav and hh

  6. Shalom HaRav, comme vous dites que l\’exil est sous signe masculin et la délivrance sous signe féminin, on observe sur les plages de Tel Aviv comme du monde entier les hommes, capables de foncer dans l\’eau tout seuls sans même avoir digéré, faisant de grosses éclaboussures et poussant des éclats de voix – ressortant plus tard comme de pitoyables chiens mouillés. Mouillés mais contents. En absolue opposition, la femme, qui entre timidement un orteil accompagnée d\’une épaule amie, poussant quelque petit cri de souris effarouchée – mais ressortant toujours telle la coquette colombe à la chevelure mêlée d\’algues nacrées etc…

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+