Le Mal est un artiste! – Connaissance de Soi et du Monde – 21 Decembre 2010

Posté il y a 9 ans by rav Haim Dynovisz
0 vues

MP4 MP3 Saviez vous que le Yester Ara était un artiste ? Non, alors écoutez attentivement ce cours passionnant.
L’enfant crie à la naissance à cause du Rouah du Yetser Ara qui rentre en lui. Son premier contact avec ce monde est le mal. Chaque être humain a une nature, il y a des hommes spirituels et des hommes plus matériels.
Dans le langage codé de la Kabbala, les dinim sont les limites.
Un homme soumis à des dinim se sent limité car il a une aspiration qui va au delà de ses limites. Un utopiste est une personne qui se fixe des aspirations fantasmagoriques et l’idéaliste est une personne qui se fixe des projets au delà de ses possibilités mais réalisable.
Notre nature nous limite et la réalité nous réserve des surprises. La dimension masculine incarne l’idéal et la dimension féminine incarne la réalité. La dimension masculine voit la où il faudrait aller et la dimension féminine sait comment réaliser le projet, lui donner vie. L’homme apporte la graine et la femme extrait ce qui est au départ dans la graine et elle donne l’enfant. Et toute notre vie, on ne cesse de se marier, autrement dit, on ne cesse de se dépasser. Quand les 2 meurt l’un pour l’autre, les 2 restent vivants mais quand on ne vit que pour soi, on meurt. Rien n’est plus dur que de mourir provisoirement pour vivre éternellement.
Il y a aussi un autre style de dinim, c’est le Yetser ara.
Notre langue est puissante, le nom cache le sens infini des choses.
Yétser vient de Yétsira (création dans le domaine de l’art).
Bria est une création à partir de rien, elle est typiquement Divine.
Assia est une action standard.
Le Yetser Ara est un artiste du mal. Il est extrêmement élevé et veut faire de nous un artiste dans le mal. Il créé en l’homme des pulsions qui l’entraîne dans des rêves stupides qui lui permettent de transformer la faute en véritable chef d’œuvre. Il y a les concepteurs de la solution finale qui sont les artistes du mal et les sous fifres qui sont des sous animaux.
Un rêve avec une femme mariée va se terminer dans les ténèbres. Et le château avec la princesse se transformera en une sombre bicoque ténébreuse et infernale.
Le Yetser Ara est la vitrine du mal. Il est le moteur du monde. Il se présente tel un artiste qui peint une sombre réalité en un tableau de maitre. En se confrontant à son contraire, on sort de sa nature. Mais face au Yetser Ara, il faut être un véritable sage.
Pour s’en sortir, nous dit le maître, il faut extraire de nous des forces de Sainteté pour adoucir (léamtik) le Yetser Ara. Un autre enseignement : (D. a créé le Yetser ara et il a créé la Torah comme Tavlin, traduit généralement par antidote MAIS Tavlin est une épice !) Et tout l’enseignement est dans les mots !
Ne change pas ta nature, adoucis la. Il ne faut pas dénaturer une personne. Il faut expliquer à l’homme ce qu’il doit être avec les éléments qu’il possède. L’homme doit connaître son monde. Un vrai homme spirituel ne doit pas aller à l’armée. Un homme très matérialiste ne doit pas aller à 100% à la Yéshiva.
Il faut sanctifier sa nature sans la changer mais il y a des fois où il n’y a pas le choix (les cohanim à Hannouca). En tant de guerre, l’étudiant doit vivre comme le soldat sur le front sans dormir.
La mode est le mal en artiste. Dois je m’habiller à l’extrême comme à l’époque (casser le yetser ara) ? Dois je m’habiller suivant mon temps mais en faisant attention à être agréable mais discret (adoucir le Yetser Ara) ?
Le Tanya révèle qu’on ne tourne pas le dos au monde, on vit avec et on réussit. Le premier rabbi Habad nous invite à vivre avec ce monde sans se laisser piéger, c’est extrêmement difficile. Cet exercice au quotidien demande de la sagesse et nous force à un bilan quotidien. Il faut réveiller les forces pour être ce héros. La vie est un pont très étroit, il demande de la prudence mais il faut avancer.


9 juillet 2018

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel