Qui tient prisonniere la fille du Roi? -Revelation innedite- 28 Avril 2019

Qui tient prisonniere la fille du Roi? -Revelation innedite- 28 Avril 2019

mp4 mp3

(3640)

Category: Hassidout
About The Author
-

7 commentaires

  • Christine Bruno

    Quel cours absolument fantastique ! Révélons donc la royauté que nous avons en nous! Il ne suffit pas de vivre une existence entièrement spirituelle, il faut élever le monde matériel ! « Les Cieux sont à Hachem et la terre, Il l’a donnée à l’homme. »
    Merci! Hachem , Merci! Rav .
    «Car de jour en jour il arrivait des gens vers David, Machia’h pour »l’aider », jusqu’à ce que le camp fut grand, comme un camp de D ieu» (1 Ch. 12. 22).

  • Tamara59

    Rav, juste avant d’écouter ce cours, j’ai rencontré quelqu’un de notre communauté de Lille qui se présente comme candidat aux élections européennes qui ont lieu dans trois semains avec un programme basé sur les valeurs de la Torah … Il doit avoir 80 personnes sur sa liste partageant les mêmes idées et il a eu un mal fou à recueillir des noms sur sa liste au sein même de la communauté et notamment chez les plus « religieux » qui se moquent un peu de lui sous cape … je vais vite lui envoyer ce cours pour l’encourager à « libérer la fille ru Roi » …

  • singe

    Les deux premiers contes sont symétriques l’un par rapport à l’autre. Le premier conte parle d’un
    prince à la recherche de la princesse, et l’histoire se passe sur la terre ferme. Le deuxième conte
    parle d’une princesse à la recherche de son prince, et l’histoire se passe quasi-exclusivement sur la
    mer. La notion de symétrie apparaît dans le 2ème conte où il est dit : « Une fois, alors qu’il marchait
    le long d’un mur de miroirs, il la vit, et s’évanouit. Elle vint vers lui, le secoua etc… », on peut
    supposer que s’il est précisé qu’il marchait le long d’un mur de miroir, c’est parce qu’en se voyant
    dans le miroir, au lieu de se voir lui il s’est vu étant elle. Et ce qui me fait dire ça, c’est ce qui est
    écrit plus loin dans le conte « Alors qu’il était sur la mer, l’équipage aperçu les arbres, ceux-là
    même où domiciliait la fille de l’empereur, et les membres d’équipage pensèrent qu’il s’agissait d’un
    lieu habité et voulurent s’y rendre. Lorsqu’ils s’approchèrent, il virent que ce n’étaient que des
    arbres et voulurent faire demi-tour. Soudain, le marchand plaça son regard sur la mer, et vit un
    arbre au-dessus duquel il y avait comme une apparence d’homme. Il pensa qu’il devait se tromper.
    Il en parla aux autres membres d’équipage. Ceux-ci observèrent la mer et distinguèrent eux-aussi
    comme une apparence d’homme sur un arbre. Ils décidèrent de s’approcher de l’endroit en
    question, et y envoyèrent un homme à bord d’un petit bateau. Ils gardèrent leurs regards sur la mer
    afin de guider l’émissaire afin qu’il ne se trompe pas de chemin, afin qu’il atteigne l’arbre en
    question. Il l’atteignit et vit assis dessus un homme. Il retourna le raconter à ses collègues. Le
    marchand s’y rendit lui-même, et vit assise sur l’arbre la fille de l’empereur. » Le personnage ne
    peut-être aperçu au début qu’à travers le reflet, et on début on voit un homme, lorsqu’un des marins
    se rend sur place il voit aussi un homme, mais lorsque le marchand vient c’est la femme qu’il voit.
    Mais j’ignore tout ce que cela signifie.
    Les deux premiers contes forment un ensemble à eux seuls, car le soir de la hilloulah de Rabbi
    Nathan (le 10 Teveth), les ‘hassidim ont l’habitude de lire ces deux contes. Le premier conte n’a pas
    de fin, mais le deuxième conte, lui, a une fin.