11 Avril 2013 -Roi David- Une soeur pas comme les autres – deuxieme partie

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous avons vu que Tamar n´est ni la fille de David, ni la sœur des enfants de David. L´appartenance familiale, selon la Torah, se décide suivant la conception, alors que l´appartenance identitaire (si l´on est Juif ou non) se décide à la naissance : Tamar est née Juive et enfant légitime, mais elle avait été conçue non-Juive, puisque sa mère n´était pas encore convertie. Elle n´a donc pas de lien de parenté avec David (car la parenté est spirituelle : un Juif ne peut avoir un enfant non-Juif, en raison de la déconnexion spirituelle entre le père juif et l´enfant non-juif, même s´il reste le devoir moral de s´occuper de cet enfant).

Le commentaire du Or Ha´Haim explique que de très grands justes ont la mission de récupérer des étincelles perdues : ce sont des âmes élevées, qui se trouvaient dans Adam Harichon mais, au moment de la faute, elles sont tombées dans la klipa, dans les écorces, et le travail de très grands tsadikim est de récupérer ces âmes. Car, tant qu´il y a encore de ces âmes prisonnières dans la klipa, la Délivrance ne peut venir. Le retour de ces âmes se fait, notamment, par la conversion. Tout non-Juif de naissance qui, un jour, se réveille et décide de se convertir, vient d´un travail qui a été fait dans les générations précédentes, par un juste, par ses prières et ses mitsvot. Le Or Ha´Haim explique que, parfois, le travail de ce juste (sa prière et son étude de la Torah) ne suffit pas, et il faut qu´il aille chercher une âme. C´est le secret de l´union entre cette femme non-Juive et le juste qui, en concevant l’enfant, ramène à la fois la mère et le futur enfant.

David était sûr qu’il se trouvait dans ce cas d´une récupération d´âme, d’autant plus qu’il est lui-même le produit de la récupération d´âmes (et, même, de Moab qui était notre pire ennemi ; et il provient de l’inceste entre Lot et ses filles, puis de l´acte de prostitution entre Yehuda et une autre Tamar). Il est issu de catastrophes, et il engendre le Mashia´h, qui est la récupération du monde. Tamar était une princesse et représente donc l’essence de son peuple et David, comme ensuite le Mashiah, récupère le mal en bien.

Mais la majorité du peuple ne connaissait pas l´origine de Tamar. On savait seulement que sa mère était convertie. Amnon savait très bien qu’il ne pouvait demander Tamar à son père car, si David avait autorisé Amnon à se marier avec Tamar, il aurait été obligé de dévoiler qu’il l’avait conçue lorsque sa mère était encore non Juive. Tout le monde aurait été contre lui et l´aurait accusé, à nouveau, comme on l´avait accusé à propos de Bat Sheva.

Lorsqu´Amnon lui demande que Tamar vienne, David ne comprend pas, parce qu´il était évident pour lui qu´on ne pouvait révéler l´origine de Tamar. On se rend compte que, lorsqu´un homme ne peut voir pas la vérité parce qu´elle le dérange, il ne la verra pas.

Par tout ce qui se passe ici, Hachem veut montrer à David qu’il s’est passé exactement la même chose avec Bat Sheva : il ne pouvait pas voir sa faute, car il savait qu´elle était son zivoug et qu’il aurait avec elle toute la lignée du Mashia´h ; et, de la même manière, il s’est précipité avec Maa´ha. Ce qui se passe avec Amnon révèle à David que, même s´il devait récupérer en Maa´ha une étincelle perdue, il l´a prise de façon précipitée, pour sa beauté, et c’est pourquoi il sortira d’elle Avshalom, qui tuera et violera, comme le fils voyou et assassin de la paracha Ki Tetsé.

Mais l’histoire de David nous est racontée pour nous révéler NOS erreurs et problèmes. De son exemple, nous comprenons que nous pouvons nous tromper et ne pas voir que, au-delà de toutes nos bonnes raisons et de nos meilleures intentions, en réalité, c´est le yetser hara qui nous pousse, et qui peut nous conduire au pire, comme Aharon que ses bonnes intentions ont conduit à la faute du veau d´or. Nous devons nous méfier de nos sentiments, pensées et conceptions, même quand elles se fondent sur de bonnes intentions ou pensées justes. De là, on comprend la nécessité absolue d´avoir une loi qui nous impose les choses.

Le véritable caractère messianique est en train de se forger : l’identité messianique fondamentale est L´HOMME DE LA LOI. Même David a dû recevoir quantité de coups pour comprendre que l´on ne peut décider de ce qui est bien. On doit obéir.

Mais, du comportement d´Amnon, on voit aussi qui était David car, certes, il a fait preuve de précipitation mais, contrairement à Amnon, il aimait Bat Sheva et Maa´har, et il est resté avec elle. S´il est jugé et puni avec une telle sévérité pour ses erreurs, c´est à cause de sa grandeur.

(2772)

About The Author
-

  • pitzman

    Cher Maître, il devient peut-être nécessaire aujourd\’hui d\’installer des fenêtres à double vitrage.Compte tenue des aboiements de plus en plus fréquents qui pertubent vos cours…

  • rav Haim Dynovisz

    A claude journo: mon cher et grand ami, tu sais tres bien que meme si j\’avais des doubles vitrages, les aboiements finiraient par sortir de dessous la table……..mais ce qui compte est que la caravanne se dirige vers la delivrance finale….

  • mats

    de cette histoire david et son bet din ont instauré la loi du yé\’houd; il aurait pu laisser cette histoire sans suite et laisser croire que amnon est un sale type qui a violé sa soeur.cependant, en faisant cette loi qui interdit l\’isolement , il dévoile publiquement qu\’elle n\’est pas sa fille spirituelle; il a sali son image comme l\’a fait yehouda qui a avoué pour tamar qu\’il a fait un maassé znout (ce n\’est pour rien qu\’il l\’a appelé au nom de tamar); car david est l\’homme qui pense que le ridicule ne tue pas, mais que bien au contraire fait vivre, et cela, à tout jamais !! david est peut etre de nature orgueilleuse (en se montrant comme étant le combatant hors paire face a goliat et aux philistins), mais qui a trouvé le moyen de casser sa gaava et de s\’amoindir a chaque occasion (tout comme devant le aron habrit: צריך ונבזה אנוכי, פיקודך לא שכחתי), il est l\’Homme qui nous apprends le chemin de la tchouva : לב נשבר ונדכה, אלוהים לא תבזה !!