Tout le Monde Peut y Arriver ! – Connaissance de Soi et du Monde – 17 Mai 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio D. est partout mais nous avons du mal à le percevoir dans tous les malheurs de ce monde.
En réalité, comme disait le Gaon de vilna qui pleurait avant sa mort, ce monde est extraordinaire car il y a des éternités à construire avec si peu!
Nous sommes dans la suite du cours du 3 mai intitulé ‘La vie est un test’ !
Les pères ont cherchés D. car dans la mesure où il a créé le monde, il est nécessairement de partout et l’histoire a un sens. Nous avons un devoir de recherche.
Tout le cheminement jusqu’au Machiah est d’arriver à dévoiler qu’il n’y a nulle contradiction entre les abominations de ce monde et la présence Divine.
La Merkava, le véhicule dont nous avons parlé dans les cours précédent représente aussi la parole qui doit se déplacer, elle doit aller vers les autres. Il faut aller chercher les juifs la ou ils se trouvent et peut être même sur facebook !
Lors de la révélation du Sinaï, à chaque parole, l’âme s’est envolée mais elle n’a pas quitté le corps pour autant ! Ils avaient perdu le sens de la réalité et c’est la preuve qu’ils n’étaient pas au niveau de ce qui va se produire lors de la délivrance finale !
Le Tanya nous présente un coté positif mais semble vouloir montrer une nuance négative !
Il y a la Torah comme mode de vie, religion ou manière de se comporter avec morale et droiture mais il y aussi et surtout le but, se connecter à D. ! Et il ne s’agit pas de l’oublier dans le nécessaire cheminement de la vie d’un pratiquant !
Or, la connexion est très difficile car on peut servir D. tous les jours sans…être avec lui. Une existence peut, si elle est mal perçue, se résumer à un corps sans l’esprit ! Le don de la Torah signifiait la connexion avec D., la Torah est un aboutissement et non seulement un accomplissement !
Il s’agit d’un niveau de perception extrêmement haut avec le Divin et pendant un court moment, Israël est arrivé à un état construit par les pères, un monde ou le mal ne l’impressionnait plus, un monde ou la peur ne faisait plus peur mais…ca n’a plus duré!
Les 3 pères étaient des êtres d’élite, ils avaient une structure d’âme très élevé et surtout très éloigné de la notre ! Alors, le fait que tout un peuple soit arrivé même un court instant, à recevoir la perception qui permet de lever tous les voiles, est un fait extraordinaire !
Toutes les âmes qui feraient un jour partie du peuple juif (juif de naissance et juif converti, pas de différence) étaient la bas ! Nous avons donc toutes nos chances !
L’expérience spirituelle la plus totale, la plus sublime, la plus parfaite n’est pas uniquement le lot d’êtres d’élites mais peut et doit être le lot de tout à chacun, voila ce que nous a montré le don de la Torah. Tout le monde peut remonter à la Source ! Le don de la Torah a été l’ensemencement de la réalité humaine et Israël a joué le rôle de graine pour toute l’humanité. Voila pourquoi il a fallu attendre toute l’histoire avant de récolter enfin les fruits car il faut de la patiente pour récolter les fruits de notre investissement !
Après le don de la Torah vient le pourrissement (la faute) pour atteindre enfin la renaissance, puis la naissance… Mais même quand les fruits sont beaux et sucrés, ils ne sont permis à la consommation que quelques années après. Et la Mitsva de Orla(Il existe un certain nombre de commandements liés à la terre d´Israël. Parmi ces commandements se trouve celui de ‘orla’ qui consiste à ne pas manger des fruits d´un arbre durant les 3 premières années de sa plantation.) est la réparation de la faute d’Adam. La morale de l’histoire est l’attente car dans le temps, il y a la capacité de soumission et de foi de l’homme! C’est pourquoi les juifs Sanctifient le Temps, les juifs respectent le Temps !7 fois le juste tombe mais il se relève, le méchant tombe une fois mais ne se relève pas ! Tout le monde tombe mais lorsque le méchant tombe, comme il n’a pas l’expérience de l’existence vraie, il ne relève pas.
Le texte est toujours précis et le mot est toujours porteur du sens. Il y a eu, nous dit le texte, ‘Parha Nichmatam’, l’éclosion de l’âme ! Mais le corps met plus de temps à prendre car il doit apprendre. L’âme a tout compris en 10 paroles en devenant une fleur, le corps a eu besoin de 3500 ans. Appliquons maintenant ce principe dans nos vies et notre jardin d’existence fleurira tout en couleurs mais petit à petit avec toutes les phases de l’existence. La vie est une construction !
Les mots ont une racine, ils ont une source ! Et la racine du mot ‘Métsioute’(réalité) est ‘Métsia’, une trouvaille. Et le niveau d’atteinte du Don de la Torah est le ‘Bitoul Hamétsioute’ (l’annulation de la trouvaille) ! Mais pourquoi ? Qu’est ce que cela cache ? Quel est le message ? Une belle énigme qui peut rapporter gros! Allez, décryptage ! Et à la semaine prochaine si D. veut pour apprendre à mieux se connaître, pour apprendre à dévoiler D. dans le monde !

(2081)

Category: Livre du Tania
About The Author
-

  • elior

    Bonjour Rav Dynovisz, voici mes trouvailles pour expliquer pourquoi lors du don de la Torah, on dit qu’il y a eu annulation de la trouvaille. Premièrement, je m’intéresse au mot « trouvaille » et comment ça vient ? En effet, pour comprendre comment retirer (annuler) quelque chose, cela peut-être plus facile de savoir d’abord comment cela s’est produit. Ainsi dans le traité Sanhédrine 97a, il est dit : « Trois choses viennent de façon inconsciente : le Machiah, une trouvaille et un scorpion ». La trouvaille vient donc de façon inconsciente. Alors, on pourrait dire qu’Israël est devenu conscient lors du don de la Torah ; mais ce serait dire qu’Israël était inconscient et donc que le don de la Torah est venu de façon inconsciente donc comme une trouvaille. Or, il est dit que la trouvaille a été annulée ; ainsi c’est tout le processus qui est tombé c’est-à-dire que le passage inconscience-conscience a été annulé. Qu’est-ce qu’un passage ? On pourrait figurer ça comme quand on passe d’une chambre à l’autre ; on passe par une porte qui sépare la première chambre de la deuxième chambre. Alors si on dit qu’on a supprimé le passage, c’est comme si on disait qu’on a annulé la porte, alors il n’y a pas deux chambres, mais une seule (continue). C’est un peu comme la formation d’un mikvé par continuité ; pour créer un mikvé, on relie le bassin d’eau qui n’est pas un mikvé à un bassin d’eau qui est mikvé, ainsi l’eau du premier bassin est alors reliée à l’eau du deuxième bassin au point que c’est alors la même eau ; de l’eau pur dans un même mikvé. J’ai pris l’exemple de l’annulation de la porte suite à ce qui est dit dans le traité Sanhédrine 97a: « le monde doit durer six mille ans ; deux mille an de chaos, deux mille sous la Torah et deux mille sous le Machiah ». Or comme la trouvaille est « comme » le Machiah car ils viennent tous les deux par inconscience mais aussi parce que selon la tradition des maîtres de la Torah, il est dit que le don de la Torah est considéré comme une expérience des temps messianiques, on peut comprendre que l’annulation de la trouvaille est comme l’annulation des 4000 ans précédents l’ère messianique. Qu’est-ce que 4000 ? C’est la dimension 4 qui est déployée (1000). Ainsi, l’annulation de la trouvaille est comme l’annulation de la dimension 4, du daleth ; l’annulation du déleth (la porte). Ainsi, la porte a été annulée. Quelle porte ? Probablement la porte qui est sensée séparer le monde d’ici et le monde à venri. De plus, un autre lien peut être fait avec le daleth : le mot daleth a pour origine le mot « dal » qui signifie pauvre ; de la façon d’un pauvre conscient de sa pauvreté, c’est-à-dire d’un humble. De la même façon que le Sinaï a été choisi pour recevoir la Torah car cette montagne a été humble car elle était consciente de sa petitesse. Or lorsque le Sinaï reçoit la Torah, il a y annulation de sa pauvreté. Mais, on doit considérer pauvreté et richesse comme une même chose ; de la même façon que c’est parce que le Sinai était pauvre qu’elle a été choisie, ou que le peuple d’Israël était esclave qui a été choisi pour être libéré. Cela peut être mis en relation à ce qui est dit dans le Sefer Yetsira selon les 22 lettres fondamentales, dont le daleth fait partie des 7 lettres doubles. Ainsi, il y a dalet et dhalet, richesse et pauvreté, sagesse et sottise… Je terminerai donc par ce dernier point. Quelle est la sottise et quelle est la sagesse ? Dans le Zohar, il est dit : « Viens et vois : il y a un vêtement qui est manifeste pour tous et les sots lorsqu’ils voient un homme dans un habit qui leur paraît beau, ne réfléchissent pas davantage. Mais la valeur du vêtement réside dans le corps, et la valeur du corps réside dans celle de l’âme. Il en va de même pour la Torah, qui a un corps, ce sont les préceptes de la Torah qui sont dénommés gûfey Torah, les corps de la Torah, ce corps est revêtu d’un vêtement, ce sont les récits de ce monde. Les sots qui peuplent ce monde ne considèrent que ce vêtement, le récit de la Torah. Ils ne comprennent pas davantage et ne considèrent pas ce qui est sous ce vêtement. Ceux qui connaissent davantage, ne considèrent pas le vêtement mais le corps qui est sous le vêtement. Cependant que les sages, serviteurs du Roi d’en haut, ceux qui étaient debout au Sinaï, considèrent l’âme qui est le principe de tout, la Torah véritable. Et dans l’avenir, ils seront aptes à contempler l’âme de l’âme de la Torah». Grâce à ce commentaire du Zohar, nous avons une idée de ce qu’est la sottise et de ce qu’est la sagesse mais comme je l’ai supposé, le don de la Torah serait comme l’annulation du passage sottise-sagesse. Il ne s’agirait donc pas de dévêtir la réalité ou de faire tomber le voile (olam) ; mais plutôt de voir à travers, au point ou il serait inutile de dire à travers. Comme maintenant, on ne dit pas qu’on voit à travers l’œil, mais c’est plus commun de dire qu’on voit à travers une vitre par exemple. Ainsi, on peut se demander si au don de la Torah, il viendrait commun de dire qu’on voit à travers l’œil (le corps), mais il serait moins commun de dire qu’on voit à travers l’âme …et même si au don de la Torah, il se trouve encore une hiérarchie dans la sagesse, certains diront qu’ils voient à travers l’âme…mais qu’est-ce que l’âme de l’âme ? Mais cela ne sont que des considérations a contrario car celui qui voit les voix, je ne sais pas quel travers lui viendrait d’en parler…Il s’en trouvera un qui dira : \ »Je tape dans le mille\ ». Dal !

  • bluxor

    Bonjour
    cet envoi est une « condensation lapidaire  commentaire », concernant plusieurs de vos cours récents.
    La Main.
    Mosche : fait
    Schmouel : mémoire
    Mashia : oubli
    Soit trois, pour la Main pleine, lire Adam et Eve. 5.
    La partie se gagne par la Main et l\’Atout Maître :
    Atout Maître, un doigt .
    Ici :
    …Vayomer ki yad \’al késs ya mil\’hama « lAdn » ba\’Amalech midor dor…
    Mi dor dor : temps
    Kess : lieu
    Mil\’hma : méthode
    Soit, trois phalanges du Majeur.
    Amalech : Nom du Majeur. 1.

    Gestuelle.
    Main : gauche ; droite en miroir.
    Doigts écartés, avant bras vertical, bras prolonge l\’épaule.
    Autre côté : bras, avant bras idem. Majeur levé, autres pliés.

    Main +Atout = 6
    6 + votre serviteur = 7

    Dans quelques secondes la cloche va sonner, tous vont se précipiter vers la cantine.
    En attendant, je réponds à ma table sans doute.
    Y a t il des ou une question ?
    Merci pour vos cours.

    Cordialement.

  • elior

    Bonjour Rav, je pense que l’annulation de la trouvaille, c’est de passer les 50 portes de la Binah d’un seul coup, et non de façon graduelle. Quand on dit, trouvaille, c’est comme si on disait : « On trouve nécessairement la porte 2 après la porte 1, ou la porte 49 après la 48 » Mais, en fait, la porte 50 est un bateau pour celui qui a Daat ( je dis \ »bateau\ » pour ne pas dire \ »porte\ », car c’est justement ça l’annulation de la trouvaille dans le sens qu’on s’attendrait à passer d’une pièce à l’autre par une porte, alors qu’on se retrouve à passer d’une rive à l’autre par un bateau). Binah est comme une compréhension d’une comparaison entre deux Hokhmah (« je comprends l’autre chambre donc je comprends la chambre où je me trouve », je comprends la porte 2 car c’est différent de la porte 1). Daat c’est plus que ça, c’est comprendre l’Un dans l’un, et l’un dans Un ; c’est comprendre le sens. La porte est un bateau. Enfin, c’est juste une idée que je me fais. Peut-être que je ne viens de comprendre que la porte 2 de la Binah. Mais, j’aurais le daat si je pouvais dire autre chose que « compréhension » : c’est un mot impressionnant, autant que peut l’être le mot « bateau » quand on s’attend au mot « porte ». Impressionnant ? Est-ce que ce mot en question serait percutant comme l\’impression d\’une trouvaille ? Non, ça c’est si on est encore devant la porte 49. Une fois le daat, on comprend que ce mot est compris dans les autres, sous nos yeux depuis la porte 1, et dans la porte 49, dans toute porte. Non ? – Toc Toc, Hallooooooooooooooooo, y quelqu’un là dedans… ?(dit-il à McFly). Porte 50 : retour vers le futur ! 🙂