28 Octobre 2012 -Zohar- La Lettre Beit (premier)- La feminite matrice de la creation

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : \ »Le Beit se présente, à son tour, devant le Maître du monde : \ »il faut que Tu me choisisses, car je suis la 1ère lettre du mot bra´ha, la bénédiction que tout homme prononce à Ton égard\ » (Les bénédictions sont la 1ère mitsva que les enfants juifs font dans leur vie, dès tout petits. La connexion à D. d´un Juif commence par les bénédictions : quand nous mangeons, ou recevons, nous remercions. C´est le 1er contact avec la Source qui nous fait vivre.

\ »Hachem répondit au beit \ »tu as absolument raison. C´est par toi que Je vais créer le monde, car tu es effectivement le point de départ de toute la création du monde.\ » Pourquoi Rashbi rajoute-t-il \ »le point de départ\ » de la création ? C´est un message, pour nous signifier que la Bria ne pouvait se faire que par le principe de la bra´ha.

En effet, la Bria est la création typiquement divine, c´est la création yesh méayin. Nos Maîtres expliquent que la notion de yesh méayin est extrêmement profonde : le yesh n´a pas de possibilité logique et concrète de remonter à sa Source 1ère qui est D., car il est impossible, uniquement par l´intelligence, de remonter à la Source. Mais l´âme est dotée de la emouna, qui est la force nécessaire pour remonter à la Source ; ensuite, l´intelligence est mise au service de la emouna. La création yesh méayin signifie, non pas \ »à partir de rien\ », car la source existe, mais \ »à partir d´une source qui ne m´est pas connue\ » et, à mon niveau, c´est comme si c´était à partir de rien.

Hachem dit au beit \ »à partir du moment où Je veux créer le monde sur le principe de la Bria (c’est-à-dire que Je ne permets pas à Mon monde de connaître sa Source), si Je ne crée pas la bénédiction, la créature ne pourra jamais remonter à sa Source, et se connecter à Moi.\ » Dans un 1er temps, sans l´effort de l´homme, la Source est cachée. Mais, ensuite, grâce à la bra´ha, on peut dévoiler la Source. D´ailleurs, en hébreu biblique, bre´ha signifie la source ; ce sont les mêmes lettres que la bénédiction.

C´est ainsi que \ »Baru´h Ata Hachem\ » signifie \ »D, Tu es Source de bénédictions\ ». Et je prends conscience qu´il y a une source à tout le bien que je reçois.

Le Matok MiDvash explique que \ »le secret de la lettre beit, c´est la Mal´hout quand elle s´appelle maison.\ » Certes, les 22 lettres sont toutes dans la Mal´hout, mais chacune avec un aspect particulier. Le beit représente la Mal´hout sous sa forme de maison. Puisqu´Il a choisi le beit, cela signifie que c´est l´aspect maison de la Mal´hout qui plaît à Hachem. La maison est le réceptacle de tout flux de subsistance qui est reçu d´en haut, et la Mal´hout disperse ce flux dans l´ensemble des mondes, et grâce à elle, tout le monde peut remonter à la Source Les Mékoubalim disent que, \ »là où il y a bra´ha, il n´y a pas de klipa. Et c´est pourquoi Hachem n´a pas le choix, Il doit créer le monde avec cette force, et ainsi le monde pourra arriver à sa perfection.\ »

La bra´ha est une force que D. a mise dans l´âme, et c´est la capacité de briser l´écorce, de trouver le fruit, et remonter à la Source. C´est pourquoi l´homme béni ne sombre jamais dans le pessimisme, le découragement et la tristesse. Le Juif prononce au moins 100 bénédictions dans la journée, instituées par le roi David. Le roi est celui qui, plus que tout autre, a la capacité de connexion avec la Source. Il se connecte et reçoit le flux de la bénédiction qui, par lui, se déverse dans tout Israël.

La 1ère fois que le mot bra´ha apparaît, dans la Torah, c´est au sujet de l´union ente le masculin et le féminin. Le monde a été créé avec le beit, qui évoque à la fois la bra´ha et la Mal´hout, toutes deux représentées par la femme. Cela signifie que le monde a été créé avec la dimension féminine. D´ailleurs, la femme, plus que l´homme, est dotée dans son âme de cette capacité de remonter à la Source. C´est pourquoi le na´hash s´est attaquée à elle. La malédiction a voilé la Source, mais seulement jusqu´à Avraham à qui Hachem dit : \ »tu seras bra´ha et tu transmettras la bra´ha\ ». Et, à nouveau, il y a échange dans le couple, et la bénédiction passe, à nouveau, par la dimension féminine.

(2569)

Category: Zohar
About The Author
-

  • manuel1825

    La foi consiste donc à assister à sa propre création ici et maintenant.Concernant la chute, on peut dire aussi que le Nahash s\’adresse à la dernière créature car plus achevée et donc plus susceptible de se refermer sur le crée, sur l\’attrait du sensible comme tel avec pour conséquence de voiler la source divine.Il y a une analogie avec Pandore dans la mythologie grecque s\’adressant à Epiméthée (\ »celui qui réfléchit après\ »),frère de Prométhée (\ »celui qui réfléchit avant\ »); on peut dire que le premier est la moitié féminine de l\’autre.
    Quant à Annick de Souzenelle (La lettre chemin de vie-1978), elle fait du Nahash \ »celui qui ramène à la racine trinitaire de l\’Etre\ »-le Shin-.Il est appelé Satan car le Teith au sein du mot Shin y joue le rôle de barrière vis à vis de l\’homme qui n\’est pas encore prêt (un peu comme si l\’ouroboros qui cherche à ramener à l\’Unité divine prenait une forme courroucée à la façon des bouddhas tibétains).L\’homme qui réussi l\’épreuve remplace le Teith par le Yod au sein du nom Satan et devient ainsi le \ »Séraphin divin\ » (Jacob vis à vis d\’Esau, Christ vis à vis de Satan…).L\’ordre donné à Moïse de \ »faire le séraphin\ » renvoie au septième jour, Grand Inspir divin oeuvre de l\’Esprit-Saint qui suit le Grand Expir divin de la création oeuvre du Verbe en la parachevant.