Seuls les Athées Croient aux Miracles ! – Schmouel 20 – 15 Mai 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Tout celui qui voudrait apprécier au mieux les cours de cette semaine sur Schmouel est invité à consulter les cours précédents.
D’après ce que nous avons vu dans les épisodes précédents, les philistins ne voient pas les relations de cause à effet dans les événements qui leur arrivent. Cependant, ils vont faire appel malgré tout au surnaturel, à quelque chose qui n’a aucune emprise sur la réalité terrestre.
Le texte nous dit que l’arche arrive à Beth Chemech au moment ou Israël récoltait le blé. Ils levèrent leurs yeux et virent l’arche et se réjouirent DE LA VOIR. Le texte est redondant et connaissant la Torah, si elle répète une évidence, il y a matière à réfléchir et quelques diamants à extraire!
Le chariot arriva dans le champ de Yéochoua, ils ont apporté les vaches en sacrifice, ils ont prit le chariot de bois qu’on découpa en buche, les léviim descendirent le Aron et ils apportèrent des sacrifices à D. CE JOUR LA !
Pourquoi préciser en ce jour ? Pourquoi répéter qu’ils amenèrent des sacrifices ?
En réalité, les premiers à avoir emmené des sacrifices sont les philistins. En tant que témoin acteur, ils réalisent la grandeur du D. d’Israël ! C’est eux qui prendront les buches et feront l’autel. Les juifs voyant cette situation incroyable, décident de faire des sacrifices. Image inattendue, les juifs et les philistins en train de servir ensemble le D. d’Israël main dans la main. Comme c’est attendrissant ! Préfiguration de la délivrance finale ! Mais….ca ne durera pas !
Le texte continue : Mais les philistins retournèrent à Ekron (cette ville appartenait à Israël) CE JOUR LA !
D. frappa (Vayah même expression quand D. frappa les philistins) alors les habitants de Beth Chemech. Il semble que D. frappa les juifs pour la même raison qu’il frappa les philistins quand ils avaient capturé l’arche car, nous dit le texte, ils ont vu DANS le Aron d’Avayé ! Le texte nous donne la réponse en précisant qu’ils ont regardé d’une certaine manière et cette faute constitue au niveau qualitatif, la même faute que les philistins.
Les philistins n’auraient donc pas été frappés d’avoir Capturé l’arche. Et le texte nous précise que 70 et 50 000 personnes ont été frappées chez Israël. Il y a une anomalie dans le texte pour nous mettre en évidence que le chiffre contient la raison de la frappe.
La Torah doit être étudiée avec précision et chaque détail doit nous interpeller !
Le peuple porta le deuil car Avayé frappa un grand coup.
D. est très fort pour brouiller les cartes. Alors que les philistins réalisent enfin que leurs malheurs sont du à la capture de l’arche, alors qu’ils rendent l’arche aux juifs, D. frappe de manière très forte…les juifs. Ils n’y comprennent plus rien d’autant que 50 070 juifs vont périr. Une histoire de fou ! Alors, le D. d’Israël les protège ou les punit ?
Cette punition n’est pas seulement physique, elle est spirituelle !
Les gens de Beth Chemech vont alors déclarer : ‘ Qui peut se tenir devant le D. d’Avayé, il est trop Saint pour nous, ou allons nous envoyer cette arche qui détruit tout ?
Conclusion très étonnante, ils disent que D est trop haut, nous ne sommes pas au niveau, c’est la racine de l’idolâtrie (une exagération de ce qu’est D. selon Rambam et c’est ce qui a entrainé au début le service des intermédiaires qui a conduit à l’idolâtrie) !
Les philistins arrivèrent à la conclusion que le vrai D. est le D. d’Israël après 7 mois et déduisirent que D. est trop Saint. Il y a donc une similitude entre la réaction philistine et la réaction juive : Si ca va mal, ce n’est pas que nous fautons mais nous pensons que l’arche est trop haute pour nous, ils voient le problème dans la distance entre D. et les hommes mas non dans leurs comportements.
A titre d´exemple, on ne se marie pas pendant Hol Hamoed pour ne pas….mélanger les joies !
Notre texte précise ici que la joie du retour de l’arche est immense mais elle ne doit pas prendre le pas sur la joie authentique d’avoir retrouvé la dignité du D. d’Israël ! Il y a l’exaltation de l’âme et l’exaltation de l’œil et il ne faut pas tomber dans le piège. Ils se sont réjouis du spectacle surnaturel qu’ils avaient devant eux (et mêmes les vaches ont été plus ‘intelligentes’ qu’eux car elles ont fait leur mission) et non de la libération de l’arche.
La Torah prend nos fautes à leurs racines au niveau le plus subtil ; Israël a été choisi pour vivre à une exigence spirituelle très élevée. Et lorsque nous fautons à la racine, nous prenons des coups ! En effet, chez les juifs de Beth Chemech, l’accessoire était devenu l’essentiel !
Ce jour la, ils apportèrent des sacrifices : D. Précise que ce jour, ils arrivèrent à servir Avayé mais ni avant ni après ! Leur réveil très ponctuel a été déclenché par les philistins mais n’est pas venu d’une prise de conscience personnelle ! C’est la forme qui les a attirés et non le fond !
Parce qu’ils ont vus dans l’arche, Avayé…voila comment il faut lire…c’est le spectacle qui s’est produit avec l’arche qui a entrainé la prise de conscience, nous explique le Malbim. Ils ont été frappés par un miracle et la célébration était liée à l’exaltation et non à la profondeur. D. n’existerait dans le monde que sous la forme du miracle mais dans le quotidien, il ne serait pas perçu (le texte nous précise qu’ils coupaient du bois comme pour préciser qu’ils pensaient que leur survie ne tenait qu’au labeur de leurs mains)?
A méditer!

(2349)

About The Author
-

  • BBUENO

    Shalom , Dans votre logique les juifs aussi n\’ont pas cru en Moise avant le Mont Sinai malgré les 12 plais d\ »Egypte alors pourquoi reproche t-on au Philistins de ne pas avoir cru au d.ieu D\’Israel après tout les miracles de l\’arche sainte ?

  • ynon770

    Et pourtant il est dit qu a la Delivrance finale,tu verras des miracles encore plus grands que lors de la sortie d Egypte.Cela signifie t il alors que Le miracle residera justement dans l absence de miracles…?

  • bluxor

    Bonjour
    il semblerait qu\’en principe Joseph devrait tomber avant la venue de David.
    En principe, donc, souhaitons qu\’en personne il ne souffre pas de sa chute ; D.ieu est juge.
    Il semblerait que la France aurait un certain rôle à jouer en relation avec la venue de David, parfois même cela lui monte à la tête et elle se complaît à trouver des Davids, là où le simple bon sens suffirait à comprendre qu\’il n\’y en a pas.
    Par chance, la France fait son cinéma, et pendant le festival de Cânes elle a tout autre chose à faire que de se préoccuper de David où de Goliath.
    Qu\’est ce donc que ce bazar à la cour des miracles ?

  • bluxor

    Bonjour Rav,
    Pas de miracle ! Certitude.
    Les vaches sont et ne sont par allées vers Beth Semesch.
    Ne sont pas allées: elle se sont dirigées vers les veaux.
    Elles ont tourné en rond. Cercle parfait, ni un écart à droite, ni un à gauche.
    De plus en plus vite, une vitesse prodigieuse.
    Sont allées : C\’est là la maison du Soleil.
    De là voir Samson, voir Josué à Jéricho, Josué arrêtant le Soleil et la lune ; et, cerise sur le gâteau, le tombeau de Moshé.
    La lumière n\’a jamais quitté l\’armoire, simplement, il y eu densification, trou noir.
    Au cœur du cœur du territoire de Yehouda …
    Voilà c\’est ici écrit suffisant pour ce que je dis.

    Voir aussi ce que j\’ai écris là bas.
    http://www.techouvot.com/laccordeon_cache-vp27398.html#27398

    merci pour vos cours passionnés et passionnants .

  • bluxor

    Bonjour
    ceci sera mon dernier envoi concernant cette affaire de chariot. Je ne pense pas nécessaire de publier.
    Peut être un peu difficile à suivre car il y manque des éléments. Il s\’agit d\’un fragment d\’une correspondance (donc nombreuses autres pages précédentes) avec un ami.
    Correspondance concernant ce chariot. Mon ami ne comprenant pas le sens de mes investigations et pense que je ne crois pas aux miracles, je me suis décidé après bien des détours à lui écrire ceci :

    Explications.
    En fait tu as parfaitement raison, non seulement je suis un \ »horrible vaguement rationaliste\ », mais en plus de chercher des taureaux là où il n\’y en a pas, je mélange tout (accroches toi à ta chaise) !!!
    Je confond les époques, les civilisations, les moeurs et les histoires, un vrai pataquès.
    Accroche toi bien ô mon religieux et non moins rationnel ami, car voilà bien le fond de l\’histoire qui me galope dans le chariot et tu vas voir combien ma situation et encore pire que ce que tu peux penser, car je ne fais pas qu\’halluciner des taureaux,et ne pas m\’arrêter au miracle, je réinvente tout !!!
    Déjà le contexte :
    au lieu de me contenter de Philistins qui s\’opposent à des hébreux, les battent sur un champs de bataille et leur piquent une Armoire Sainte, j\’ai transposé tout cela dans des contextes bien plus archaïques, bien plus païens, bien plus astrologiques et taurins.
    Par exemple en Chaldée, environ 2650 avant JC. du temps de Guilga-mesh, du temps d\’Ishtar. En ces temps primitifs, il n\’y avait ni religieux hébreux, ni philistins religieux se disputant un objet de culte, mais uniquement des brutes épaisses, d\’ignobles barbares.
    Les guerriers de ces temps ne se préoccupaient guère des armoires et lorsqu\’ils étaient victorieux, ce n\’est pas les armoires qu\’ils piquaient mais les femmes, ou/et les enfants, et mêmes les \ »femmes laitières\ », ou les jeunes vachettes.
    Certes ils les conduisaient bien dans leurs temples, mais ces temples primitifs ressemblaient fort à ce qu\’en langue moderne l\’on nomme des bordels.
    Ayant \ »l\’estomac\ » solide ils ne souffraient peut être pas individuellement d\’hémorroïdes par contre l\’ensemble du corps social pouvait être affecté par cette arrivée d\’éléments dissolvants.Isthar et les guerriers, toute une histoire lointaine !
    Qui sait par exemple, si les récoltes et autres fructifications n\’étaient pas alors atteintes d\’un mal aussi rongeant que les rats sont rongeurs.
    Entre ces temps reculés et l\’époque de Shmuel la civilisation avait fait des progrès ainsi les Philistins eux même bien que païens et fort nuisibles ne se préoccupaient plus que des armoires, ou plutôt se préoccupaient enfin de cette armoire indiquant par là le haut degrés de spiritualité auxquels ils étaient parvenus.
    De toute évidence l\’on ne saurait confondre une armoire et une femme ; surtout, l\’Armoire en question n\’avait rien à voir avec les accouplement des guerriers païens victorieux. Quel guerrier aurait l\’idée de s\’accoupler avec une armoire dans un temple ?
    L\’armoire avait supplanté le viol et les temples n\’étaient plus des bordels. Heureuse époque.
    Et depuis bien sur, plus de prostituée dans les temples ; que des armoires.
    Cependant, on dit parfois que l\’on rencontre encore de nos jours en quelques contrées barbares et reculées des guerriers qui ne connaissent rien aux armoires, ce fut le cas il y a longtemps des japonais en Corée, des serbes en Bosnie, on dit même que Kadhafi distribuerait du viagra à ses soldats… Ce ne sont que des \ »on dit\ » bien sur.
    Ailleurs tout irait bien, il n\’y aurait plus que des armées propres comme les guerres, même la guerre économique serait propre et n\’aurait rien à voir avec la prostitution. On n\’arrête pas le progrès.
    Espérons qu\’il y en ait au moins une d\’armée propre, car à bien y regarder, une armée propre c\’est un peu comme un pilier essentiel d\’un temple digne de ce nom.

    Voilà mon ami (dit pour partie) à quels égarement mon esprit rationaliste s\’était emporté bien loin de la voie droite des miracles.

    merci de votre attention et de vos cours.

  • bluxor

    Bonjour

    « si les vaches vont vers BT SHMSH alors processus surnaturel »
    « font appel à un dévoilement surnaturel »
    Les vaches vont vers BT SHMSH donc surnaturel, miracle.
    Certes mais alors miracle au pluriel et bien étrange miracles.
    « font appel » Concrètement c\’est quoi cet appel, comment font ils appel ?
    Ainsi : ils construisent une « machine », un « dispositif », un « processus »…
    Cela fonctionne ? Alors, les Philistins viennent de fabriquer « une machine à faire des miracles » !!!
    Au moins deux, un que la machine se dirige vers BT SHMSH et un cette machine elle même.
    A priori l\’on aurait pu penser qu\’un miracle n\’est en aucun cas le résultat du fonctionnement d\’une machine. Si l\’on dit qu\’il s\’agit ici non de son fonctionnement mais de son dysfonctionnement, l\’on perd le prérequis Philistin qui est que la machine ne peut pas dysfonctionner, si elle fonctionne dans un certain sens alors il s\’en déduit « que » et si elle fonctionne dans un autre sens alors il s\’en déduit « que »…Le dispositif \ »machinique\ » Philistin est dans son principe : sans avenir !
    Le dispositif \ »machinique\ » Philistin vérifie le déterminisme le plus absolu, rien n\’advient qui n\’était écrit (pensé) au préalable, ni événement, ni miracle.
    Le dispositif Philistin vérifierait ceci : « rien de nouveau sous le soleil », soleil vers lequel il est censé se diriger ou non, ce qui reviendrait ici au même.
    Qu\’est ce que ce dispositif, cette machine ?
    Une opération magique ? Je ne connais rien à la magie. Une affaire religieuse ? Je ne suis guère plus avancé. Un processus technique ? Complexe, mais une prise possible…
    Eléments de cette technique  : des vaches, des veaux, une charrette…technique animalière ?
    Une charrette « agala » ce qui ressemble fort à une génisse, et, ou s\’entend aussi un cercle.
    Un cercle ? Sommes nous condamnés à tourner en rond, en quêtant d\’un sens à donner à cette attelage ?
    Vaches, veaux, génisses ; s\’il y a veaux il y eu taureau, toute la famille bovidé serait là ?
    Au plus haut pour lui (Dagon) le Philistin à déjà perdu la tête et les bras, impuissance.
    J\’y perds la tête et les bras m\’en tombent, pourraient aussi bien, être les exclamations d\’un lecteur quelque peu secoué à la lecture d\’un dispositif aussi étrange.
    Le Philistin est acharné, acharné peut être dans l\’erreur, mais il convient tout d\’abord d\’entendre acharné et d\’un acharnement de concept (tête) et de fait (main) qui n\’a peut être guère d\’autre équivalent que celui qu\’aura plus tard un talmudiste à travailler toute question au corps et à la lettre.
    Le dispositif Philistin est astro-logique ; de la constellation du taureau, la famille circulaire des bovidés vise le soleil (par défaut ou par contact) et la visé est, avant toute « magie », « religion » ou « technique » : mimétisme. J\’écris astro-logique pour distinguer des horoscopes de pacotille et dire qu\’il s\’agit bien là d\’une œuvre de logique à la mesure des astres et certes aussi au risque des désastres.
    Mimétisme :
    La charrette ? Un cercle. Visée ? BT SHMSH. Comment ? En ligne droite.
    Un cercle, une ligne droite ; comme en image, un soleil et son rayon.
    Le Philistin a…fabriqué un soleil !!!
    Là, et rien que là l\’on pourrait déjà dire bravo ! Fabriquer un soleil ce n\’est tout de même pas rien.
    Mais le Philistin à d\’autres ambitions, souvenons nous qu\’il occupe la terre de Yéhouda.
    L\’on pourrait trouver occupation plus facile ; car certes l\’on n\’occupe pas une telle terre uniquement en fabriquant un ou même des soleils, or le Philistin occupe, s\’occupe et s\’en occupe.
    Et sur la terre de Yéhouda, la seule occupation qui tienne c\’est de « yéhouder », ainsi, un Philistin conséquent qui a fabriqué un soleil cherchera forcément à le « yéhouder » … avec une lune.
    « Yéhouder » le soleil et la lune, le Philistin s\’y emploi dès l\’instant ou il place la « Boite » en compagnie de « Dagon » et il ne lâche pas le morceau . Il déplace, il réorganise, il réoriente, il scrute, il teste, il « talmudise », il « cabalise », il pratique, il technicise, mais il ne lâche pas le morceau.
    Ne pas savoir ni pouvoir lâcher prise, peut être est ce en ce sens que le Philistin perd la tête et la main.
    Autre direction, voyons en Egypte, contrée familière au Philistin. Seth enferme Osiris dans une boite, une sorte de cercueil, ou un coffre ; une lumière dans une boite (un peu comme Sarah si vous voyez). Sar c\’est prince, comme sire ou Mon Sire, Monsieur , à mon Sieur…
    Un autre jour, Osiris est « coupé en rondelles », mais Madame Isis fini par recoller les morceaux sauf un, c\’est un poisson qui l\’a mangé…Le poisson a mangé le morceau. C\’est un poisson bavard. Tout cela est bien mystérieux. Mais Madame Isis sous forme de Dame Oiselle fini par arranger un arrangement.
    Isis c\’est un peu la Tsipora d\’Osiris, heureusement qu\’elle était là pour sauver la partie.
    Voilà, c\’est un peu beaucoup résumé, désolé.