24 Avril 2012 Et si tout n´etait qu´illusion -Tania- Connaissance de soi

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Nous avons vu que la gvoura d’Hachem, sa retenue, s\’exprime par le fait qu\’Il a créé 2 mondes : un monde qui n\’est qu\’une illusion et l’autre qui est la réalité vraie. Les Maîtres expliquent que la création commence par la lettre Beth, qui a pour valeur numérique 2, car il y a 2 commencements. Israël est appelé le réchit tévouato, les prémisses de la récolte d’Hachem. Mais Amalek est aussi appelé réchit, « réchit goïm Amalek ». Ils correspondent à 2 visions du monde totalement opposées.

« Dieu a créé le monde sur le principe du \’Hessed », de la bonté, dont la valeur numérique est 72. Cela évoque que, dans le Projet véritable, il y a 72 entités : Hachem, Israël et les 70 nations. Amalek, qui vient à la fois d\’un adultère et d\’un inceste, ne fait pas partie du Projet. « Jusqu\’au souvenir d\’Amalek doit disparaître », car, en réalité, il n’a jamais existé ; il n\’est qu\’une illusion.

A notre niveau, nous devons savoir que les projets dans lesquels nous nous investissons ne sont qu\’une illusion, s’ils ne font pas partie du Projet pour lequel nous sommes sur terre. C\’est la gvoura d\’Hachem, Sa puissance de créer l’illusion, et Sa retenue, de nous laisser libres de vivre, même, dans des projets ou des religions de l’illusion.

« Nos Maîtres ont dit qu’au tout début, il est monté dans la pensée d’Hachem de créer le monde selon le principe du din (de la rigueur), mais quand Il a vu que le monde ne pouvait tenir sur le seul principe de la rigueur, Il y a associé le principe de ra’hamim (de la clémence) »

Car les Maîtres s’étaient demandé : pourquoi le récit de la création ne parle-t-il que du Nom Elokim, correspondant à l’attribut de la rigueur, présentant donc Hachem comme étant rigueur, alors que Son vrai Nom, Awayé, n\’apparaît qu\’à la fin ?

Ils en ont déduit qu’au début, dans la pensée d\’Hachem, le Projet était de créer le monde sur le principe de la rigueur. Et c\’est seulement ensuite, en voyant que le monde ne pourrait tenir, qu’Il a associé la clémence, d\’où l\’apparition du 2nd Nom, Awayé. Mais on objectera qu\’Hachem savait d\’avance que le monde ne pourrait tenir seulement avec la rigueur ! De plus, Il n\’a pas seulement PENSE créer sous ce signe, mais Il l\’a REELEMENT fait, puisqu\’il n\’y a que le Nom Elokim !

On comprend ainsi qu’un monde a été créé par la pensée d\’Hachem, sous le signe du din, avec le Nom Elokim ; puis un monde a été créé par Sa parole, qui est sous le signe de ra’hamim, avec le Nom Awayé.

Rabbi Akiva fut écorché vif par les Romains, à 120 ans, et ses élèves furent contraints à assister à son supplice. Il leur dit « toute ma vie, je me suis préparé à vivre ce verset : tu aimeras Hachem ton Dieu de tout ton être » : c’était l’aboutissement de ce à quoi il s’était préparé toute sa vie Il est raconté que, parallèlement, dans le Ciel, les anges, voyant un tel supplice d’un homme juste, se sont révoltés contre Hachem qui leur répondit « taisez-vous, c’est ainsi que l’on monte dans la pensée ».

Les Maîtres expliquent que, toute sa vie, Rabbi Akiva s’était préparé à sonder le monde de la pensée, qui est le monde de la rigueur ; et c\’est ce qu\’Hachem dit aux anges et que lui-même répondit à ses élèves.

La pensée est une réalité qui nous permet de revivre les événements passés, avec toutes les émotions. De même, elle nous transporte dans le futur. Elle est tellement forte qu’elle agit même sur le corps et provoque des maladies… Mais, en même temps, elle est totalement virtuelle.

Rabbi Hakiva a voulu démontrer que toutes les souffrances que traverse un juste durant sa vie sont une pure illusion, car le juste ne les mérite pas, et il est impossible que Dieu abandonne Son monde et Son peuple. Ces souffrances ne sont pas réelles : cela fonctionne comme la pensée de Dieu, qui devient une réalité virtuelle.

Il a voulu prouver que ce monde n\’existe que dans la pensée, et que la souffrance, le malheur, l\’épreuve, n\’existent que pour celui qui le veut. Nous sommes le moteur de notre propre souffrance. Il s\’est préparé, pendant 80 ans, à rentrer dans ce monde de la pensée. Et, lorsqu’à 120 ans, les Romains l’ont écorché vif, il a démonté l\’illusion de l\’intérieur : il ne sentait rien, car ils ne lui ont rien fait.

De la même façon, quand on voit un juste qui souffre, on ne peut jamais savoir comment il le vit, de l’intérieur. Et leur exemple nous est raconté pour nous enseigner que la mesure du ressenti des difficultés ne dépend que de notre tête : c\’est nous qui déterminons combien nous souffrons car, fondamentalement, ce n’est qu’une illusion.

Tout le travail d’un homme sur terre est d\’arriver à décrypter le monde de la pensée. Sache que, chaque fois que tu penses que Dieu agit avec toi selon la rigueur, ce n\’est vrai que comme dans une pensée ; cela n’est pas réel.

Nous avions étudié que, pour les réchaïm, les méchants, Dieu a créé une illusion totale, qui n\’a rien de réel. Mais nous voyons aujourd’hui que, pour le juste aussi, il y a ces deux notions : il y a les difficultés, mais c’est une simple pensée. C\’est ainsi qu\’il faut comprendre la rigueur d\’Hachem : c\’est vrai, mais pas comme je le crois, car il me manque le décryptage. Ensuite, quand je verrai le sens réel des choses, la véritable lecture, je me rendrai compte que c\’était seulement une pensée. Il n’en reste rien.

Mais, nous ne sommes pas à ce niveau, capables de vivre les difficultés de l\’existence comme une simple pensée ! C’est pourquoi Dieu y a associé la clémence, « ra’hamim, qui sont tous les dévoilements que l\’on reçoit grâce aux justes de ce monde, et tous les prodiges et les miracles qui se dévoilent grâce à la Torah ».

Cela signifie qu’un véritable grand est celui qui est capable de transmettre comment vivre l\’épreuve, et c\’est cela ra’hamim. C’est pourquoi les justes souffrent : Hachem les éprouve afin qu\’ils nous servent d\’exemple et d’enseignement, car ils savent vivre la rigueur comme dans une pensée, et nous recevons d’eux les forces dont nous avons besoin. Nous les recevons, aussi, de toute la Torah. C’est pourquoi le Juif de Torah est celui qui est capable d’y puiser les forces nécessaires pour transformer la rigueur en une simple pensée. Le Tania dit que l\’âme est descendue sur terre pour cette seule chose : être testée pour savoir comment nous réagirons, au moment de la rigueur. Sache qu’elle n\’est qu\’une pensée, et qu’il faut en chercher l\’interprétation.

Cela s\’appelle la gvoura, car c\’est la véritable force, et c\’est à nous de l\’augmenter, à mesure de notre étude de la Torah.

(2621)

Category: Livre du Tania
About The Author
-