La kabbala comme jamais encore enseignée -Tania- 5 Nov 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous avons vu que, lorsqu´il se comporte mal, l´homme fait entrer une partie de son potentiel dans une klipa, une écorce, et il en est dépossédé, jusqu´à ce qu´il puisse le libérer en cassant l´écorce. Les klipot s´emboîtent sur le potentiel qui est en nous, et le neutralisent. Dans le bien, il y a 10 forces de l´âme, dont une seule s´appelle Kéter, tandis que les 10 forces de la klipa sont appelées des \ »couronnes\ ». Il faut donc comprendre ce qu´est le Kéter au niveau des sephirot (des qualités), pour comprendre ce qu´il est, dans la klipa.

Dans le Zohar, le Kéter est parfois compté dans les 10 sephirot, mais il y a aussi de nombreux passages où il est remplacé par le Daat, qui est pourtant la 3ème force, alors que le Kéter est tout en haut.

Le Kéter représente les aspirations très fortes qui sont en nous, apparemment au-delà des forces de la réalisation. La structure nishmatique d´un homme est composée d´une force d´idéal et de 10 forces de réalisation. Nous avons aussi des rêves qui sont réalisables ; ils sont du niveau de la ´Ho´hma : une fois que nous les avons intégrés, nous passons à l´étape de la Bina, et nous réfléchissons à ce que nous devons faire pour les réaliser. Un rêve de ce niveau serait, par exemple, le désir de venir vivre en Israël, et nous envisageons un voyage d´étude pour voir comment le mettre en œuvre. C´est le seder de la hishtalshelout, dans le Daat, des différentes décisions pour que notre rêve devienne concret. Certes, nous avons besoin de courage, de volonté et de détermination dans cette réalisation, mais D. a déjà mis en nous ces forces, les capacités nécessaires, et Il nous donne chaque jour tout le flux de vie naturel dont nous avons besoin pour atteindre notre but.

Pour un rêve du type Kéter, au contraire, il est impossible d´imaginer le moindre début d´un processus de réalisation. Par exemple, nous voulons que le 3ème Temple soit construit, mais nous n´avons aucune possibilité d´imaginer le 1er maillon pour amener ce rêve. Une intervention surnaturelle est indispensable. Nous devons dévoiler en nous des forces du type Kéter, complètement en dehors de notre quotidien et de notre vécu, nous mettre en condition de mériter le miracle et nous le mériterons peut-être, si Hachem le décide. C´est le décryptage du texte parlant du Temple qui \ »descendra du ciel\ ». Ce qui descend du ciel, ce n´est pas le Temple lui-même, mais la décision d´Hachem ! Il faut une intervention divine qui ne sera pas moins miraculeuse que si le Temple descendait du ciel ! Mais, pour qu´Il prenne la décision qui est notre idéal et notre rêve, D. demande de nous une chose : la emouna ; croire que c´est possible. C´est parce que, durant toutes les périodes les plus sombres, nous avons continué à dire \ »léshana habaa… l´an prochain à Jérusalem\ », lorsque cela apparaissait complètement impossible, qu´aujourd´hui nous l´avons reçu et nous sommes à nouveau à Jérusalem. C´est la emouna du type Kéter, quand nous disons et croyons, même sans pouvoir imaginer quoi que ce soit de concret pour l´amener.

Ainsi, nos Maîtres comptent le Kéter parmi les 10 sephirot, lorsqu´ils font allusion à un état de perfection où l´homme vit complètement au-delà de ses limites (physiques, du cœur et du cerveau). A ce moment-là, il peut mériter que le Kéter entre dans le processus de réalisation.

Mais les Maîtres comptent à partir de la sephira de ´Ho´hma, lorsque l´homme avance dans la vie avec un rêve qui, certes, nécessite beaucoup de forces, mais qui est réalisable.

Il est donc parlé de Kéter lorsque nous continuons à y croire, alors que nous avons toutes les raisons de ne pas le faire. C´est pourquoi, dans la klipa, toutes les forces s´appellent de ce nom car, même lorsque nous avons toutes les raisons d´arrêter, et même lorsque nous voyons clairement que nous faisons fausse route, ou que le mal nous détruit, nous continuons, au-delà de toute logique ! Le Tania ajoute que ce sont des forces qui font entrer en nous un sentiment de souillure, car elles nous souillent et nous font ressentir la honte de nous-mêmes.

(2071)

Category: Livre du Tania
About The Author
-