10 Fevrier 2013 -Le secret de la reincarnations des ames- 11 eme cours- Introduction- Je suis malade, complettement…

MP4 MP3 RESUME DU COURS : L’âme était entièrement bonne et pure, puisqu’elle est une partie du Divin. Mais, par la faute d’Adam HaRishon, des forces négatives sont entrées en elle, et des klipot se sont mélangées à l’âme. Le Ari HaKadosh explique \ »maintenant que les âmes sont mélangées de tov et de ra, il va falloir 2 choses pour les purifier et les ramener à ce qu’elles étaient avant la faute. Il faut d’abord séparer le ra du tov, et cette séparation se fait à l’aide des 365 mitsvot négatives \ »ne fais pas\ » (car en les respectant, j’opère à l’intérieur de mon âme un tri entre le tov et le ra). Puis, les 248 mitsvot positives ont pour but de renforcer le tov\ » (qui avait été affaibli en nous, par la faute et le mélange qui en est découlé).

Le Ari révèle donc ici le secret de l’essence, et de la raison d’être, des 613 mitsvot, négatives et positives : l’âme a été abîmée, elle est malade, et il faut les 365 mitsvot négatives pour chasser le mal qui est entrée en elle, puis 248 mitsvot positives pour la reconstruire. Les mitsvot ont donc pour but de nous soigner !

Avant la faute, le mal existait, mais il était à l’extérieur de Adam qui, en mangeant, l’a fait entrer en lui. Adam avait reçu un commandement négatif \ »ne mange pas\ », qu’il a transgressé, de sorte que la 1ère réparation sera de ne pas prendre et ne pas faire quelque chose. Le Ari HaKadosh explique que c’est l’homme qui donne de la force au mal, il l’alimente en faisant ces 365 choses qui sont interdites. Au contraire, s’il ne touche pas et ne fait pas, il affaiblit le mal qui est en lui, qui va en diminuant.

On peut faire entrer les 365 interdits dans 5 grandes catégories : ceux liés à la nourriture (à la manière dont nous prenons la vie), à la sexualité (à la façon dont nous donnons la vie), au temps (la gestion de notre vie, respect du Shabbat, etc…), interdits liés à la relation à D. (ce sont les déot, le monde des idées, l’idolâtrie) et le rapport aux autres. Ces catégories correspondent aux 5 niveaux d’âme.

Chaque catégorie d’acte interdit va nourrir le mal qui se trouve dans l’un des niveaux d’âme, car il y a un microbe qui se trouve dans chaque niveau : nefesh, rua’h, neshama, ‘haya et même d’une certaine manière dans la ye’hida. Par exemple : manger non kasher va alimenter le mal dans le nefesh, car toute nourriture se transforme en sang qui, dit la Torah, est dans le nefesh. La sexualité correspond au rua’h. La neshama est au niveau de la relation entre l’homme et son prochain. La ‘haya au niveau de la gestion du temps ; respecter la différence entre le samedi et les autres jours montre que nous avons cette sensibilité de la ‘haya. La yé’hida est au niveau de l’idolâtrie et de tout ce qui concerne la pensée.

Mais, si les 365 mitsvot négatives ont pour but de ne pas alimenter le microbe qui est en nous, quel est donc ce microbe ? L’ets hadaat tov véra, c’est la confusion entre le bien et le mal, et la maladie de l’âme est l’incapacité de discerner entre le bien et le mal. Nous appelons constamment le bien mal, et inversement. Et tout ce que nous mangeons qui est interdit renforce cette incapacité de discerner, au niveau du nefesh.

Ensuite, une fois que nous avons affaibli le mal et qu’il a lâché prise, les 248 mitsvot positives vont renforcer le bien. Le bien s’était affaibli, à force d’avoir été appelé mal mais, désormais, l’âme a commencé à se libérer de la confusion et à pouvoir discerner le bien et mal, et ces mitsvot vont renforcer sa capacité de discernement. Il faut toute une reconstruction dans la personne car ce n’est pas parce que je ne fais plus le mal que je sais pour autant comment faire le bien, par exemple, comment me comporter avec les autres, ou en tant que mari avec mon épouse, etc…

Mais pourquoi ces chiffres de 365 et 248 ? Nos Maîtres dénombrent, dans l’homme, 365 forces émotionnelles qu’on appelle les guidim, qui sont le système nerveux, et aussi 248 membres, parties dans le corps qui permettent une action. Ils correspondent à une structure qui est dans l’homme, de 365 forces émotionnelles, manières de ressentir, et 248 forces d’action. Les actes interdits que nous faisons détraquent en nous le monde émotionnel, et les mitsvot que nous ne faisons pas affaiblissent notre potentiel d’action.


30 novembre -0001