12 Septembre 2012 -Roch ha Chana- Il n´y a que les Grands qui se cassent la figure !

Posté il y a 7 années by rav Haim Dynovisz
0 vues

MP4 MP3 \ »Un verset dit que \ »la \’Ho\’hma donne vie à celui qui la possède. Et ce flux se renouvelle constamment, d’une lumière d’une intensité complètement nouvelle chaque année.\ » Dans la mesure où ce flux provient d\’Hachem, et que la source est infinie, on ne peut imaginer une fin à ce flux qui émane de Lui, mais seulement un renouvellement.\ » Mais le Divin est sans fin, pourquoi donc ce flux qui émane de lui a-t-il besoin de se renouveler ? \ »Hachem voulait que l’énergie et la vie qui viennent de Lui se renouvellent dans Son monde, de plus en plus haut ; que, chaque année, le dévoilement soit de plus en plus fort, et puisse descendre dans ce monde une lumière complètement nouvelle, qui n’a encore jamais été présente dans ce monde ; la lumière de l\’année s’arrête et remonte à sa source, la veille de Roch HaShana, au moment où la lune se voile complètement et, au moment où l\’on sonne du Shofar, une nouvelle énergie descend, provenant d’un endroit encore plus élevé, et tout le monde reçoit cette lumière. C’est pourquoi le verset dit \ »Ton peuple avance dans la vie\ ».

Le Baal HaTanya nous explique que, chaque année, le monde reçoit des niveaux de plus en plus hauts de la ‘Ho’hma ; la connexion avec Hachem passe par des niveaux de plus élevés et forts, et la dernière génération pourra être la génération de la Délivrance, car elle sera connectée au niveau le plus élevé. Pourtant, cela est en totale contradiction avec le concept fondamental de yéridat hadorot, baisse que l\’on constate, de façon évidente, de génération en génération. Nos Maîtres disent que la génération de la Délivrance ressemblera à un chien, le culot dominera, et ceux qui étudieront la Torah seront un objet de dégoût… Ce sera le niveau le plus bas de toutes les générations d’Israël. En effet, le monde fonctionne sur le principe de l’inversion entre le visible et l’invisible. Dans notre génération, se trouve un potentiel spirituel et moral comme jamais encore ; elle est nourrie par des forces plus élevées que jamais, tandis que la réalité matérielle est plus dure que jamais.

Car nous avons le choix : nous pouvons utiliser le potentiel offert, pour nous hisser encore plus haut mais, si nous le laissons inutilisé, nous allons chuter encore plus. A un plus grand potentiel offert, s’il est gaspillé, correspond une plus grande chute. Le Juif authentique est celui qui vit dans la peur de gaspiller une seconde même de sa journée, car c’est un potentiel incroyable.

Cela nous responsabilise et nous hausse : je suis tombé, car je suis un géant, immense par mon potentiel, mais je n’ai pas su l’exploiter. Je ne dois donc pas me désespérer de mes chutes, car elles prouvent la grandeur de mon potentiel ! Et je peux, à tout moment, décider que, dorénavant, j\’utiliserai bien ce potentiel.

\ »Au son du shofar, descend une nouvelle lumière, beaucoup plus élevée, qui n’avait encore jamais brillé dans notre monde depuis sa création. Cette lumière se cache à l’intérieur de cette Terre, Terre de vie et, à partir de cet endroit, elle va se déployer pour donner vie à tous les autres endroits du monde. Elle ne quitte pas cette Terre\ ». C’est seulement le rayon qui se répand ailleurs, mais l\’énergie reste ici, comme un soleil qui envoie seulement sa lumière. Le Rambam disait \ »il faut que quelqu’un sonne du shofar à l’endroit où l’énergie descend, car il faut le son du shofar en Israël, qui déclenche la venue d’une nouvelle lumière.\ »

\ »Tous les mondes vont vivre grâce à ce son du shofar. Cependant, son dévoilement dépend de nous, de nos mérites, de notre retour pendant les jours de Rosh HaShana à Kippour\ ». D’où l’importance de notre comportement durant ces 10 jours ! Car je dois dévoiler mon potentiel, pour l’utiliser durant toute l’année, et cela se décide à Kippour : si pendant 10 jours je donne le meilleur de moi-même, durant toute l’année je pourrai utiliser tout ce potentiel ; si j’en utilise 10 pour cent, ensuite, durant l\’année, j’aurai 90 pour cent d’échecs. C’est moi qui décide le nombre d’échecs que j’aurai durant l’année, qui dépendra de l’énergie que j’aurai récupérée et utilisée durant ces 10 jours.


30 novembre -0001