14 Mars 2013 – Pessah- Voir ou savoir ?

Posté il y a 6 années by rav Haim Dynovisz
0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Quel est le ´hidoush, la nouveauté apportée par la Torah et par la sortie d´Egypte ? \ »Rosh\ » veut dire \ »tête\ » et \ »´hodesh\ » a la même racine que \ »´hadash\ », nouveau. Un \ »´hidoush\ » est quelque chose de jamais vu et d´étonnant. La mitsva de Rosh ´Hodesh, 1ère mitsva donnée à Israël, est une nouveauté jamais vue auparavant, dans l´histoire, et c´est pourquoi c´est elle qui a été choisie pour être la 1ère de toutes les mitsvot de la Torah ; elle sera donc le moa´h, le cerveau de toute la Torah. \ »Rosh ´hodesh\ » signifie la tête du ´hidoush : la Torah est un ´hidoush, et la tête en est cette mitsva : toute la nouveauté apportée par la Torah dans le monde est contenue dans cette mitsva de sanctifier le 1er jour d´un mois. Pourquoi ?

On voit (parachat Bo) qu´il y a un processus très précis qui commence à Rosh ´Hodesh : c´est le 1er jour du mois de Nissan qui, dit Hachem à Moshé sera \ »le 1er mois de l´année… le 10 vous prendrez un agneau, le 14 vous le tuerez, le 15 au soir vous le mangerez et vous sortirez d´Egypte.\ » Nos Maîtres lient tous les événements de la sortie à la mitsva de Rosh Hodesh et, disent-ils, la sortie d´Egypte ne fut possible que parce qu´ils avaient accompli cette mitsva. Elle était la matrice de tout le reste, et nous avons ensuite reçu tout le reste, qui y est lié.

On comprend, ainsi, pourquoi il est dit, dans la Hagada, que l´on aurait pu croire que l´on fairait le seder à Rosh Hodesh, car la Torah s´intéresse toujours à la cause, plutôt qu´aux effets ; ensuite, un verset dit qu´on le fait seulement le 14, date de l´événement lui-même.

Mais quel est le ´hidoush de Rosh ´Hodesh, et en quoi cette mitsva contient-elle tout le ´hidoush de la Torah ? Jusqu´à il y a 2.000 ans, quand 2 témoins dans le pays voyaient, ensemble, le renouveau du croissant de lune, ils avaient le devoir de monter à Jérusalem pour le déclarer devant les Maîtres d´Israël, même s´ils devaient pour cela voyager un Shabbat.

Nos Maîtres savaient toujours exactement quand le nouveau croissant devait apparaître à tel endroit, grâce au Sod Ha´ibour, le secret du temps, donné à Moshé, puis transmis de génération en génération. Puis, il y a 2.200 ans, Rabbi Hillel, craignant que ce secret ne se perde et que nous ne puissions plus calculer le temps, établit un calendrier pour toutes les générations. Mais, si nos Maîtres connaissaient déjà le moment de la nouvelle lune, pourquoi fallait-il les témoins, et qu´ils enfreignent shabbat ? C´est le ´Hidoush extraordinaire de la Torah : la vérité n´est pas le savoir, mais elle se fonde sur le vécu.

Les Maîtres connaissaient le début du mois par le savoir ; les témoins, au contraire, n´avaient aucune connaissance, mais ils avaient vu la lune. Il nous est dit, ici, que le calendrier juif, et donc les fêtes et toute la vie juive, dépendent, non de ceux qui savent, mais de ceux qui voient sans avoir le savoir. Partout, le pouvoir appartient à ceux qui ont le savoir ; c´est le culte de la pensée. Mais la Torah est révolutionnaire ! Elle place le vécu au-dessus de toutes les valeurs. Le Judaïsme authentique est au niveau de l´expérience, du vécu et des actes, \ »naassé vénishma\ » : non pas savoir que D. existe, mais vivre avec Lui, et vivre sa foi. \ »Et tu feras descendre dans ton cœur…\ » Nous avons fait le choix de la vie, et c´est pourquoi nous sommes toujours vivants, alors que tous ceux qui ont fait le choix du savoir ont disparu. C´est ainsi qu´il vaut mieux, parfois, lire un psaume en hébreu, même si on ne comprend pas, plutôt que de lire en comprenant, en français, car en hébreu on se connecte véritablement au psaume lui-même.


30 novembre -0001