17 Avril 2012 -Shmouel- Le Roi David- La grandeur d´un modele unique dans l´histoire- Premier cours

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Dans les versets de 1 Shmouel 23.19 et suivants, David, pour échapper à Shaül, vient se cacher dans le territoire de Zif, qui est dans le territoire de Yehuda. Car David pensait être en sécurité dans le territoire de sa tribu ; de plus, il y a de nombreuses grottes où se cacher.

Les habitants se présentent à David comme ses amis qui le protègeront, mais ils le trahissent : ils vont dire à Shaül où il se trouve exactement, préparant même tout un système pour le prendre.

David s’enfuit à Séla. Mais Shaül lui avait tendu un piège. Au moment où Shaül va attraper David, il se passe une intervention divine.

David incarne l’homme qui vit avec Hachem : Dieu Se révèle, mais sans avoir besoin de transformer ce monde par des miracles. C’est la manifestation la plus haute de l’intervention de Dieu, et c’est ce qui se passe ici : des messagers arrivent et annoncent à Shaül que les Philistins envahissent Israël. Shaül doit abandonner la poursuite contre David.

David a fait une erreur et, sans l’intervention d´Hachem, il aurait été pris. Cela nous enseigne que, dans toute vie, arrive un moment où nous faisons une erreur et où, sans l’intervention d’Hachem, nous serions pris.

Mais David représente essentiellement la mal´hout (la royauté) d’Israël. Et son histoire incarne tous les problèmes que rencontrera la mal´hout d´Israël en tant que nation sur sa terre : toute sa vie, David sera trompé par ceux qui se présentent comme ses amis, mais sont en fait ses ennemis. Et c´est une mise en garde pour Israël : vos véritables ennemis viendront toujours à vous en se présentant comme des amis, avec un discours pour vous mettre en confiance : « c´est dans l’intérêt d’Israël, pour votre protection et votre sécurité… »

Comme le disait Yaakov, juste avant de rencontrer Esav : « sauve-moi de la main de mon frère, de Esav » : qu’il se présente en tant que frère, ou qu’il se présente en tant que Esav.

C´est un message aussi pour chacun de nous, dans nos vies, par rapport à notre propre royauté, car faire valoir notre identité juive va susciter des ennemis, et les plus dangereux sont ceux qui se présentent, au début, avec le masque de l’amitié.

Déjà, le na´hash est présenté par la Torah comme un ami cherchant le bien de Adam et Hava. Il est appelé « arum », rusé.

Quand David comprit qu’il ne pourrait plus échapper à Shaül, il eut un moment de panique, et soupçonna même Shmouel (à tort, bien sûr) de faire partie du complot contre lui et de l’avoir oint pour, finalement, le faire tomber, avec sa famille : « où est cette promesse, puisque je suis fini ? » Car, en Israël, il y avait un désaccord : fallait-il accepter ou non la conversion de Ruth ? Doëg, et d´autres, voulaient se débarrasser de cette famille ; d’autant plus qu´Ishaï et sa famille avaient une influence énorme.

On appela cet endroit « Sela-HaMa´hloket », l’endroit de l’indécision, car Shaül a hésité : ou bien attraper David, ou bien partir sauver son peuple de l’invasion des Philistins. Finalement, c’est son devoir de roi, et l´intérêt de la nation, qui ont prévalu sur son intérêt personnel. C´est pourquoi, par la suite, Shaül aura la vie sauve.

De plus, il fait son propre tikoun : il avait perdu la royauté à cause d´Amalek qu’il avait ramené, au lieu de le tuer comme le lui avait dit Shmouel : « J’ai écouté l’avis du plus grand du peuple », de Doëg qui avait su le persuader. Mais, cette fois-ci, Shaül a su tenir tête à ceux qui lui donnaient le conseil de se saisir de David.

Nous faisons tous des erreurs, mais Hachem nous donnera toujours une occasion de tout réparer.

David en fera un Psaume où il dit : « Toi Hachem, tu sauves les rois… » Rachi explique que le pluriel « rois » fait allusion à Shaül et à David : David comprit qu´Hachem l’avait sauvé de la mort physique, mais qu´Il avait surtout sauvé Shaül de la mort éternelle. Shaül a su renoncer à son intérêt personnel et a fait le tikoun de sa 1ère erreur. Il jouait son éternité et a réussi. Il a su se réparer.


30 novembre -0001