19 Novembre 2012 – Talmud Kidouchim- Etudier, agir, enseigner

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Que signifie que \ »grande est l’étude car elle mène à l’action\ » ? Est-ce que l’étude est seulement un moyen, pour arriver à l’action qui serait plus importante ? Ou bien l’étude est-elle plus grande, car elle contient aussi l’action et les forces de l’action (quand on a l’étude, on a tout, car elle nous donne aussi le pourquoi de l’action, le comment agir, la détermination, etc…) ?

Tosafot rapporte, au sujet du roi ‘Hizkiyahu \ »on a dit qu’il a ACCOMPLI tout ce qui était marqué dans la Torah ; mais on n’a pas dit ENSEIGNE.\ » Il semblerait donc que l’étude est au-dessus de l’action, puisque l’on s’est permis de dire qu’il a accompli, mais on n’a pas pu dire qu’il a étudié et compris à la perfection tout ce qui se cache dans la Torah.

Mais Tosafot demande : comment a-t-il pu accomplir s’il n’a pas appris, auparavant ?… Cela nous fait comprendre qu’il y a 2 niveaux : d’abord, tout ce qui est écrit, il l’a accompli, et tout ce qu’il a accompli, il l’a fait parfaitement. Mais Tosafot dit aussi qu’il est impossible qu’il soit arrivé à ces 2 choses s’il n’avait pas d’abord compris à la perfection toute la Torah. C’est l’accomplissement quantitatif et aussi qualitatif de la Torah. Une action parfaite est impossible sans, d’abord, une étude et une compréhension parfaite.

Tosafot fait donc remarquer : pourquoi n’a-t-on pas dit \ »limed\ » (il a enseigné), au lieu de \ »kiem\ » (il a accompli) ? Car, à ce niveau, l’étude et l’action sont seulement les 2 facettes d’une même réalité. Si quelqu’un atteint le maximum dans un de ces deux domaines, il atteint aussi le maximum dans l’autre, car les deux sont inséparables. Donc, on ne peut pas se demander lequel est le plus grand. En réalité, c’est seulement pour nous qu’on peut se poser la question, car nous n’atteignons la perfection ni dans un domaine, ni dans l’autre. Mais, pour eux, l’un mène forcément à l’autre : s’ils ont compris une notion à la perfection, il est impossible qu’ils ne l’accomplissent pas à la perfection. Comme, par exemple, Rabbi Akiva, qui était aussi appelé le père des pauvres, en Erets Israël. Si l’on doit choisir entre action et étude, c’est seulement parce que l’on n’a pas atteint la perfection.

Mais, pourquoi n’a-t-on pas voulu dire qu’il a enseigné tout ce qui est dans la Torah ? Il faut faire une différence entre étudier pour soi, et enseigner aux autres. ‘Hizkiyahu a atteint la perfection dans l’action, et donc aussi dans l’étude ; mais on n’a pu dire \ »enseigner aux autres\ », car il n’a pas atteint la perfection dans cette 3ème dimension qui est de transmettre aux autres, et d´arriver à les parfaire.

Le Mashia’h n’aura pas une plus grande perfection que ‘Hizkiyahu dans les 2 premières dimensions, mais il l’aura aussi dans la 3ème. Son enseignement sera tellement puissant, que personne ne pourra résister, et tout le monde se transformera !


30 novembre -0001