20 Aout 2012 -Talmud Kidouchim- Un cheveu gros comme une montagne

0 vues

MP4 MP3 Quand il établit un bilan de ce qu´il a fait de bien ou de mal, \ »un homme doit toujours se voir comme étant moitié bien, moitié mal. S´il fait une mitsva véritablement, il aura atteint la réussite de sa vie car, grâce à cette mitsva supplémentaire, il fera pencher la balance du côté du bien ; mais il doit aussi vivre dans la crainte que, s’il fait une faute, il fera pencher la balance du côté du mal, comme il est dit : il suffit parfois d’une seule faute pour perdre de nombreux mérites.\ »

Mais comment peut-on considérer les justes comme toujours moitié-moitié ? Moshé ou David, par exemple, n´étaient pas parfaits, mais nulle part dans la Torah il n’est dit qu´ils étaient moitié-moitié. Et nous-mêmes, qui nous verrions plutôt du côté du mal, comment nous voir moitié-moitié ? Les deux sont incompréhensibles.

De plus, comment dire qu´un homme, à cause d´une seule faute, peut tout faire basculer dans le mal, ou qu´un seul bien peut tout faire basculer dans le bien ?

Selon un enseignement de nos Maîtres, au moment de la Délivrance finale, Hachem montrera à tous les hommes le mauvais penchant qui se trouve en nous tous, et l’humanité sera divisée entre 2 parties : les justes le verront comme une montagne, et les méchants le verront comme un cheveu, et tous se mettront à pleurer : les justes pleureront de joie, car ils se réjouiront d´avoir surmonté une telle montagne ; les méchants pleureront de colère de ne pas avoir pu surmonter un cheveu.

Le juste voit ses problèmes comme une montagne, car il ne néglige rien ; la moindre chose est importante, et il en fait le but de sa vie. Alors que le méchant n’attache d’importance à rien ; pour lui, tout est un cheveu, et il écrase tout.

C´est pourquoi il est dit au juste : ne minimise pas les fautes que tu as faites ; donne-leur l´importance aussi grande que la moitié du bien que tu as accompli, et considère-toi moitié-moitié.

Quant aux méchants, qui prennent tout à la légère, et à nous qui ne voyons que les bonnes actions que nous accomplissons, il est dit : n’oublie pas, aussi, le mal que tu fais et vois-toi, au moins, moitié-moitié.


30 novembre -0001