22 Janvier 2013 -Le 11 Chevat et Paracha Bechalah- Les petits seront les plus grands

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Le 11 Chevat, est une date hassidique très importante. Quel est donc le message de ce jour ? Avec le Baal Shem Tov et la naissance de la Hassidout, le monde est entré dans une nouvelle dimension : la période \ »du talon\ », ikvata beMeshia. Car chaque nouveau dévoilement au niveau de la Torah prépare une nouvelle période au niveau de l’histoire. Et, avec le Baal Shem Tov, commence la période préparatrice à la Délivrance finale, le talon. Elle comporte une différence essentielle avec toute l’histoire juive car, dans la Torah, on ne parle que d’une élite d’hommes. Le peuple juif est le produit (en bien ou en mal) de ses dirigeants. Il est habitué à regarder à ses grands, et a perdu le sens de se prendre en main. Au contraire, la Délivrance finale se fera par \ »une pousse qui vient du bas\ ». On voit que les grands se voilent, et le peuple juif doit maintenant marcher tout seul car la Délivrance ne viendra que de lui. Le Mashiah sera enfanté par Israël, quand il se prendra lui-même en main.

A l’intérieur du mouvement hassidique, un grand élan commence, avec l’impulsion du Baal HaTania. C’est la Haddidout Habad dont le Rabbi prend la direction, le 11 Chevat 1951 ; il est le 7èmerabbi. Il prononça un maamar de Hassidout dans lequel il affirma : \ »nous sommes la dernière génération de l’exil, et commence la Délivrance Finale.\ » Nous voyons qu’il y eut 7 générations d’Avraham jusqu’à Moshé qui est le 7ème. \ »De là, tu comprends (dit un midrash) que tous les 7èmes sont les plus importants, comme on le voit dans le cycle du temps et de l’histoire, avec le Shabbat et le millénaire messianique.\ » Le 7 évoque aussi l’attribut divin de Mal’hout, qui fait allusion à la réalisation de la promesse messianique. Et le Rabbi affirme que, désormais, il n’y aura plus de grands pour prendre en charge Israël. Il ajoute que la Délivrance signifie, entre autres, construire une maison à Hachem, le 3ème Temple et, dans ce but, il faut faire comme ceux qui ont construit le 1er Temple avec les bois de shitim, ce qui signifie \ »les poteaux de la folie.\ » Le Rav nous explique ce terme, dans son contexte historique. Le message est, pour nous, que la Délivrance ne viendra pas d’une façon rationnelle, mais des mains de simples juifs qui continueront à croire, au-delà de toute logique, et qui diront et feront des choses qui, aux yeux de tous, sembleront complètement folles.

C’est aussi l’enseignement de la paracha de cette semaine, Bechalah : nous sommes entre la mer et les Egyptiens qui veulent nous tuer. Nos Maîtres disent que le Am Israël s’est divisé en 4 catégories : ceux qui veulent se battre, ceux qui les soutiennent par l’arme spirituelle de la prière (dont Moshé), ceux qui veulent retourner en Egypte, et ceux qui veulent se jeter dans l’eau et mourir. Mais Hachem dit à Moshé \ »que fais-tu, pourquoi cries-tu ? Quand Israël se trouve dans une telle situation d’impasse. La chose dépend de Moi, et non de toi.\ » Or, cela semble contredire tous les principes du Judaïsme où il faut toujours se prendre en main ! \ »Parle aux enfants d’Israël, qu’ils avancent, car la mer ne tiendra pas devant vous.\ » Cela semble contradictoire car \ »avancer dans l’eau\ » n’est pas ne rien faire, c’est au contraire la chose la plus difficile ! Nachshon ben Aminadav avança, lui seul, mais il l’a fait pour tout Israël, d’autant plus qu’il était prince de tribu, et même de la tribu de Yehuda.

Rashi explique qu’il y a 2 types d’actions que l’homme peut faire, dans le cadre de sa relation avec le monde spirituel : D. a mis dans Son monde des mécanismes de sorte que, si je demande comme je le dois, je déclenche un flux de bénédictions ; c’est le retour prévu. Mais il nous est aussi demandé des actions dont nous ne produisons pas nous-mêmes le retour, mais c’est Hachem. Dans ce cas, pour mériter de se connecter à l’essence du Divin, il faut être capable de faire un acte surnaturel ; c’est mida ké negued mida. Hachem ne disait donc pas au peuple qu’il ne devait rien faire, mais simplement que LE RESULTAT ne dépendait pas de lui. C’est pourquoi c’est ici qu’il est dit : vous ne reverrez jamais l’Egypte ; la délivrance est scellée !

De la même façon, pour arriver à la Délivrance Finale, il faut une action surnaturelle, non d’un Moshé, mais de quelqu’un du peuple ; c’est même tout le peuple juif qui deviendra Nachshon ! Les événements vont nous amener à une situation où tout Israël dira aux nations : cette Terre est à nous, sur les 2 rives du Jourdain, Jérusalem est notre capitale, la Judée et Samarie sont les territoires les plus juifs de cette Terre ! Et notre lien avec cette Terre est la Torah d’Israël, la promesse divine !

Le chiffre 11 scelle la sortie d’Egypte (il fallut 11 plaies, puisque la mer qui engloutit les Egyptiens est la 11ème plaie) et c’est le chiffre de la Délivrance. Le Rabbi est né le 11 Nissan et a pris sa direction le 11ème jour du 11ème mois de la 11ème année. Le message pour nous est que nous devons maintenant nous lever et avancer, comme Nachshon. Nous ne pourrons jamais être Moshé, mais la mer ne s’est pas ouverte devant lui, mais devant Nachshon ben Aminadav !


30 novembre -0001