23 Avril 2012 Talmud Kidouchim Cinquieme cours

0 vues

MP4 MP3 Nous avions vu des textes disant que celui qui fait le bien reçoit le bien, et celui qui fait le mal reçoit le mal ; puis un texte disant tout le contraire. Puis, l’explication d’Abayé résolvant la contradiction apparente entre les deux : la vie juive est faite d’extrêmes ; soit cela va très bien pour nous, soit cela va extrêmement mal car, étant connecté à Dieu qui est infini, le peuple juif est connecté à un bien infini, ou à une difficulté (en réalité, un tikoun), elle aussi infinie. Ainsi, dans la vie d’un homme bien, il y a des moments extraordinaires, et aussi des moments très durs, afin de le nettoyer.

Rabbi Yaakov répond : « il n´y a pas dans ce monde de récompense pour le bien que tu fais » C’est pourquoi on pense que c´est lui qui a écrit la michna « celui qui fait le bien, on lui fait du mal ». Pourtant, ne pas recevoir de récompense n´implique pas que l´on reçoive du mal ! A moins que l´on puisse en déduire que, dans ce monde, si l’on ne reçoit pas de bien, on reçoit forcément du mal. Rabbi Yaakov pense qu’il n’y a pas de juste milieu : ce monde est terrible et, soit on est protégé, soit on est déchiré. C´est pourquoi il faut être connecté à une force suprême qui nous protège, pour ne pas être livrés à la dureté de ce monde.

Rabbi Yaakov enseigne : « Sache que, s’il arrive dans la Torah un commandement te promettant que tu auras une longue vie, on ne parle pas d´un bonheur terrestre, mais du olam haba » (c’est-à-dire ce monde, tel qu´il sera après la Délivrance) Les récompenses qui nous sont promises sont seulement pour après la Délivrance.

En effet, dans la Torah, il est dit clairement que l´on aura une longue vie et qu´on nous fera du bien, au sujet de 2 mitsvot : le respect des parents, et faire partir la mère pour prendre les oisillons (mitsva qui nous enseigne à la fois la retenue et le respect de la nature). Or, Rabbi Yaakov raconte qu’un fils, obéissant à son père, est monté dans un arbre, a chassé la mère pour prendre les oisillons, puis est tombé de l’arbre et est mort. Pourtant, il venait d’accomplir ces 2 mitsvot à la fois ! « Où est le bonheur qu’on lui avait promis ? Et où est sa longue vie ? » Comme la Torah ne peut pas mentir, cela nous prouve que ces promesses concernent la vie sur terre après la Délivrance.


30 novembre -0001