25 Juillet 2012 – Vive le 9 Av !!- Mais quelle mouche t´a pique ??

0 vues

MP4 MP3 Comprendre les causes profondes du dernier exil nous permet de savoir comment travailler pour en sortir. La véritable puissance est la force spirituelle, mais l´homme prisonnier de ses sens et de la matière ne s´en rend pas compte et vénère les forces et la puissance matérielles.

C´est le véritable confit entre Yaakov et Esav : Esav incarne la puissance matérielle et Yaakov aurait dû incarner la puissance spirituelle, mais il se prosterna devant Esav, l´appelant 8 fois \ »mon maître\ » et se nommant \ »ton serviteur\ ». Nos Maîtres disent que c´est parce que Yaakov a manqué sa relation avec Esav, et qu´il s´est amoindri devant lui, que fut plantée la 1ère graine dans la terre de notre exil. Ensuite, ce sont les Explorateurs qui se virent comme des sauterelles devant les Cananéens.

Nous avons vu comment les Rabanim auraient dû réagir, devant l´humiliation et la souffrance de Bar Kamtsa. Ils auraient dû exprimer la force spirituelle qu´ils représentaient. Mais ils étaient conditionnés inconsciemment par leur intérêt, croyant avoir besoin du maître de maison pour leurs institutions, etc… C´est le problème général de l´homme, pris par ses intérêts inconscients. Puis, le texte nous montre comment ce problème grossit, passant du niveau individuel à celui de la nation, avec Rabbi Yo´hanan Ben Zaccaï et les représentants de la force spirituelle, face aux voyous qui dominent tout le peuple. Ensuite, c´est le peuple juif lui-même qui sera soumis à une puissance extérieure, Rome, qui le soumettra.

Le chef des voyous était le propre neveu de Rabbi Yo´hanan. Le Judaïsme nous révèle ainsi une clé : le mal, c´est toi-même qui le produis : si les rabanan avaient su dire la vérité au notable, il n´y aurait pas eu toute la dégringolade qui suivit. La soumission du bien au mal est de plus en plus grande, au point que même le chef des voyous est obligé de se soumettre aux voyous, bien qu´il se rende compte du mal qu´ils font à la population. Ensuite, c´est Rabbi Yo´hanan lui-même qui n´osera pas demander à Vespasien d´épargner Jérusalem. Certes, il demandera le village de Yavné, ainsi que d´épargner ce qui restait des sages d´Israël, les ´ha´hamim, et aussi la famille de David et la royauté d´Israël. Mais, par manque de confiance en lui-même et en ce qu´il représentait, il pensa qu´il ne pourrait obtenir Jérusalem et ne l´a pas demandée.

Cela nous enseigne que, lorsque la nation est détruite matériellement, c´est le signe qu´elle a d´abord été détruite spirituellement. La puissance spirituelle a perdu, à ses propres yeux, sa véritable force, et elle ne peut donc plus faire valoir sa force, dans ce monde, face à une bande de voyous, puis face à Rome. Cette attitude est la matrice de l´attitude des occidentaux, qui essayent de gagner du temps, pour sauver la paix…

Quand les puissances matérielle et spirituelle sont mises en confrontation, l´homme a rarement la force de choisir le spirituel. Pourtant, c´est le spirituel qui déclenche la puissance matérielle. Certes, nous-mêmes faisons déjà ce choix pour le Shabbat mais, dans la vie de tous les jours, s´il y a le choix entre réaliser une mitsva et résister aux forces visibles, le visible prend le pas sur l´invisible, car nous n´avons pas conscience de toute la force du spirituel, qui est bien supérieure à la force matérielle. Plus nous avançons dans le spirituel, et plus nous pouvons nous connecter à des forces incroyables. Par la connexion avec un canal invisible, passent tout d´un coup des énergies qui nous donnent une force prodigieuse, comme pour Shimshon.

Mais Hachem a Son Plan, et Il entame déjà la reconstruction. Nous commençons la prière en disant qu´Il ressuscite les morts. Et c´est ce qu´Il fait pour nous, quand notre peuple passe par la mort : Hachem tua Titus avec une simple mouche. Puis, le neveu même de Titus, Unkelos, se convertit. Du sein même de nos destructions, Hachem fait sortir notre construction : Unkelos est le seul homme au monde qui ait eu le mérite de voir sa traduction de la Torah figurer à la hauteur des mots de Moshé. C´est le tikoun : du destructeur sort le constructeur. Les étincelles de bien qui étaient cachées dans le mal sont ainsi récupérées.

\ »Unkelos\ » signifie \ »puissance de la louange\ ». Or, c´est lui qui vint rétablir la puissance de la dimension spirituelle qu´Israël avait perdue. Israël a été détruit car il avait perdu sa puissance spirituelle, et c´est cette puissance spirituelle que le neveu du destructeur rapporta à Israël ! C´est une vision complètement nouvelle et magnifique de l´histoire d´Israël ! Cela nous prépare à vivre Tish´a Bé´av, conscients que nos chutes et nos destructions, nos souffrances et nos difficultés, sont les matrices qui finalement nous construisent. C´est ce que nous voyons, tout au long de notre histoire, de génération en génération. Ce sont toujours nos situations de mort qui sont devenues la matrice de notre construction !


30 novembre -0001