30 Decembre 2012 – Le secret de la reincarnation des ames- Introduction 2-

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Nous avons vu qu\’il y a, dans l\’âme, 5 niveaux différents qui sont, du bas vers le haut : nefesh, rua’h, neshama, ‘haya et ye’hida. La ye\’hida est l’âme véritable, l’essence, la partie la plus haute ; et les autres sont seulement des rayonnements de l’âme.

Comment se manifestent ces différents niveaux ? Le Ari HaKadosh explique que les 4 mondes fondamentaux sont les 4 réceptacles des rayonnements. Mais le réceptacle pour l’essence se dévoilera seulement plus tard dans l’histoire, car elle est une partie du Divin, et ne peut donc être limité, comme D.

Nous pouvons percevoir seulement notre monde, celui de la Assia, le plus bas, composé de 4 éléments (minéral, végétal, animal et humain). Mais il y a encore trois autres mondes, non perceptibles par nos sens : au-dessus du nôtre, le monde de la Yestira, de la formation ; puis la Bria et Atsilout. Le rayonnement le plus haut, la ‘haya, se trouve seulement dans le monde de la Atsilout, complètement imperceptible pour nous. La neshama appartient au monde de la Bria. Dans le monde de la Yetsira, on reçoit seulement le rayonnement du rua’h. Dans notre monde, de la Assia, la seule perception des rayonnements de l’âme que nous ayons est le nefesh, énergie qui se trouve à l’intérieur du corps et permet l’existence.

Dans chaque monde, il y a aussi 5 parties : l’essence du monde, et ses 4 rayonnements. On en trouve une allusion dans la Torah de Moshe : c’est le fleuve unique qui naît dans le Eden, traverse le Gan et se divise en 4 parties, à la sortie (une essence et 4 rayonnements). C’est l’image fondamentale de toute la création, car le Gan Eden est le microcosme de toute la création. Par exemple, Yaakov est l\’essence, qui passe par les 4 réceptacles que sont les 4 mères qui jouent le rôle de rayonnement, et qui donnent 4 types fondamentaux de Juifs.

Il y a dans chaque monde 5 niveaux. L’essence du monde s’appelle Arikh Anpin, le Grand Visage, qui correspond au Kéter. Le 1er rayonnement de cette essence s’appelle Aba, le père, ou ‘Hohma. Puis la mère, Ima, ou Bina. Ensuite le fils, qui s’appelle Zeir Anpin, le Petit visage, qui évoque Tiféret. Enfin, le rayonnement le plus bas, la fille Noukvé, la féminité, fait allusion à la Mal\’hout.

Le modèle humain fondamental est la famille, un père, une mère, un fils et une fille : les deux dimensions créatrices doivent créer elles-mêmes une nouvelle dimension créatrice, pour que cela continue. Mais ces 4 forces ne peuvent donner la vie que si elles sont porteuses de l’énergie de la vie qui est le Grand Visage. Dans une cellule de vie fondamentale, il y a 5 dimensions : Hachem (qui est l’essence de vie), et les 4 réceptacles qui sont le père, la mère, le fils et la fille. Et chaque monde fonctionne selon ces niveaux : la source de vie et ses 4 reproductions possibles.

‘Hohma est la force père, car elle est la capacité de comprendre que quelque chose existe au-dessus de l’homme (le Kéter) : c\’est la connexion avec quelque chose qui nous dépasse complètement. La Bina est l’intelligence pour comprendre le monde et ce que nous y faisons, notre mission. Ces 2 compréhensions s\’unissent pour agir dans ce monde et donner naissance à Tiféret, le monde des midot, harmonie entre les forces contraires ; et à la Mal\’hout qui est la force d\’imposer la vérité dans ce monde.

\ »Nous savons aussi que ces 4 mondes permettent le dévoilement des âmes de chacun de nous, qui proviennent de l\’un de ces 4 mondes.\ » L’homme véritable a potentiellement en lui les 5 niveaux d’âme mais, d’une façon visible, dévoilée, en fonction de sa mission, c’est seulement un niveau qui brillera en lui.

Quelqu\’un ayant une âme du niveau Arikh Anpin recherche toujours l\’essentiel, l\’essence, en toutes choses, même s\’il aurait aussi les moyens de chercher aussi le reste. L\’homme de \’Ho\’hma cherche toujours ce qui se cache derrière l\’apparence des choses : sur le plan spirituel, il sera très mystique, et sur le plan matériel, il sera très curieux. L\’homme ayant une âme de Bina veut du concret et sera très cartésien ; il connaît ce monde et vit en harmonie avec lui ; en général, il réussit. L\’homme de Tiféret brille par ses qualités : c\’est un homme de cœur et de justice, bon et authentique. L\’homme de la Mal\’hout se bat toujours pour faire entendre la vérité sur terre ; il enseigne, pour lutter contre les mensonges et rétablir la vérité.

Ce sont les 5 types d\’âme, et c\’est ce qui fait les différences entre les hommes : selon notre niveau d\’âme, notre mission, notre vie, nos réalisations ; et aussi nos guilgoulim seront différents. Il y a 5 guilgoulim fondamentaux, c\’est pourquoi Rashi dit que le monde a été créé avec la lettre hé, de valeur numérique 5 : chacun d\’entre nous devra s\’expérimenter dans chacun des 5 domaines : recherche de l\’essence, de l\’au-delà, de la réalité, des qualités et de faire briller sa lumière dans le monde.


30 novembre -0001