6 Janvier 2012 – Le secret de la reincarnation des ames- Introduction 4-

MP4 MP3 RESUME : Dans l\’une des plus belles bénédictions que nous récitions (quand nous sortons des toilettes), nous louons Hachem d\’avoir créé un corps si parfait ! A la fin de cette bénédiction, nous disons que l\’homme est \ »pélé\ », c\’est à dire tout à fait extraordinaire, surnaturel. Nos Maîtres disent que ce pélé, dans l\’homme, est quelque chose de fondamental, qu\’il n\’y a dans aucune autre créature : l\’union entre deux impossibles, entre le corps et l\’âme. Comme on l\’a déjà expliqué, seuls les descendants de Adam ont une âme, neshama, qui est une partie du Divin ; les autres humains ont un nefesh, énergies qui leur permettent d\’exister. Tous les humains ont la possibilité, et donc le devoir, de se connecter au Maître du monde et de Le connaître. Mais, aux Bnei Adam, il est demandé beaucoup plus : un comportement qui soit de type divin. Celui qui n\’a pas la neshama, partie du Divin, ne peut jamais aller au-delà de ses limites, et il ne peut jamais échapper au déterminisme imposé par ce monde. On ne lui demandera jamais de faire quelque chose contraire à la logique de ce monde, comme par exemple fermer son magasin le Shabbat, jour de la plus grande activité pour ce monde. Mais un Juif trouvera toujours en lui des ressources surnaturelles qui lui permettront de continuer son activité, sans porter atteinte à son identité juive. A un ben Adam, on demandera toujours un service et une connexion qui l\’élèvent au-dessus des limites de ce monde. C\’est pourquoi le symbole en est le peuple juif, dont la naissance se situe au moment de la sortie d\’Egypte, qui se dit Mitsraim et qui signifie \ »limites\ ». Mais la différence entre les nations bnei Adam et nous, c\’est que nous sommes la seule nation qui soit aussi un peuple, et aussi que nous avons reçu la Torah, donnée à un peuple, et non à des individus.

Dans la bénédiction dont nous parlions, nous disons : \ »mafli laassot\ », comment est-il possible qu\’une partie du Divin se trouve dans le corps ? Comment cette connexion est-elle possible ? C\’est un pélé ! Nos Maîtres nous ont révélé ce qui n\’est pas visible, et nous permet de comprendre ce \’hibour, ce lien, entre le corps et l\’âme. Le Ari HaKadosh explique : \ »sache que, dans l\’homme fondamental, il y a 5 dimensions, appelées tsourot, qui sont l\’une à l\’intérieur de l\’autre : le niveau le plus intérieur est la ye\’hida, qui se trouve dans une enveloppe appelée la \’haya, qui se trouve dans la neshama, qui se trouve dans le rua\’h, qui se trouve dans le nefesh. Et tout le but est de mettre ces 5 niveaux d\’âme à l\’intérieur d\’un corps matériel qui en sera l\’habit. Cet habit est appelé \ »gouf\ », corps et, dans le langage des mékoubalim \ »réceptacle\ ». Le corps aussi a 5 niveaux, du plus profond au plus extérieur : moa\’h (la moëlle, qui est le même mot que le cerveau) qui se trouve dans les os, qui se trouvent dans les guidim (canaux, système des vaisseaux), qui se trouve dans le bassar (la chair) qui se trouve dans la peau\ ». Il y donc 5 niveaux d\’âme à l\’intérieur de 5 niveaux de corps, chacun se trouvant dans le kéli qui lui correspond : la partie la plus profonde de l\’âme, la ye\’hida, dans la partie qui lui correspond, le moa\’h, la moëlle et à plus forte raison le cerveau ; la \’haya se trouve au niveau de l\’os ; la neshama se trouve au niveau des vaisseaux ; le roua\’h se trouve au niveau de la chair ; le nefesh au niveau de la peau.

\ »Cependant, sache qu\’il est absolument impossible pour la tsoura de s\’habiller à l\’intérieur de la matière s\’il n\’y a pas une 3ème dimension, intermédiaire, qui permet le \’hibour. Il y a donc 5 nouveaux habits qui vont se mettre sur les 5 niveaux d\’âme : cette dimension intermédiaire est le tselem dont parle la Torah.\ » Le tselem du nefesh, avec le nefesh, va se mettre dans la peau ; le tselem du rua\’h va permettre au rua\’h de se trouver dans la chair, etc… \ »Aucune partie de l\’âme ne peut entrer dans la partie du corps qui lui correspond, si ce n\’est par l\’intermédiaire de l\’habillage de l\’âme qui lui correspond. Les 5 niveaux d\’âme s\’appellent l\’âme de l\’homme, les 5 niveaux du tselem s\’appellent son tselem, et l\’ensemble des parties du corps s\’appellent le corps de l\’homme.\ » Il y a donc 15 dimensions dans un humain adamique. Les 2 lettres du Nom divin qui correspondent à 15 sont ya, youd ké, et le verset dit : \ »Hachem a créé les mondes avec ya\ ». Or, Ya est déjà un Nom divin. Que signifierait que D. a créé le monde avec D. ? Ya, ici, ne fait pas allusion au Nom divin, mais aux 15 dimensions qui se trouvent dans l\’humain. \ »Dans celui qui a les 15 dimensions, D. a placé tous les mondes.\ » L\’humain adamique est un microcosme de tous les mondes, car les 15 dimensions sont en réalité 3, qui font allusion à l\’ensemble des mondes : spirituel, matériel, et le monde qui permet l\’union entre les deux. Il y a donc 3 mondes fondamentaux qui ne se trouvent que chez celui qui a cette structure de 15. C\’est aussi pourquoi le cycle lunaire, qui est le cycle adamique par excellence, est deux fois 15 : la lune monte jusqu\’au 15, puis redescend pendant 15 jours.

Le Rav parle ensuite du Baal HaTania, auteur du Tania et fondateur de la Hassidout Habad, puisqu\’aujourd\’hui est sa Hiloula.


30 novembre -0001