9 Janvier 2013 -Roi David- Pas bon d´etre (trop) bon…….

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Après avoir vaincu tous les ennemis, David put se consacrer à son peuple : \ »Il régna sur tout Israël, et il rendit mishpat (la justice) et tsedaka (la charité) à tout son peuple.\ » Le Talmud fait remarquer que les 2 ne vont pas ensemble : \ »à l´endroit de la justice, il n´y a pas de place pour la charité\ », et inversement. Car la justice, c´est de condamner s´il le faut, et d´imposer à quelqu´un ce qu´il ne voudrait pas, et même de le punir ; la tsedaka, au contraire, est de lui donner ce qu´il ne mérite même pas de recevoir. Mishpat, c´est l´exercice de la loi, et tsedaka c´est faire le contraire (permis) de la loi. Comment David peut-il faire les deux, au même moment, avec les mêmes personnes ? Autrement dit, que fait-il, si c´est le riche qui a raison, et que le pauvre qu´il faudrait condamner risquerait de s´écrouler, avec sa famille ? Selon nos Maîtres, au tribunal, David disait au pauvre \ »tu as tort, et du dois payer.\ » Ensuite, quand il avait bien intégré sa faute et assumé sa responsabilité, David envoyait quelqu´un afin de pourvoir à ce qu´il devait payer. Car on ne peut demander au riche de renoncer à ses droits. \ »Il y a des choses, ou tu les comprends toi-même, ou on ne te les dira jamais\ ». Si le roi lui dit \ »donne\ », le riche le fait, mais contraint et, selon la hala´ha, le pauvre aurait volé cet argent. Le riche doit dire de lui-même : je renonce à mes droits. De plus, le pauvre doit comprendre qu´il a tort. Il est amoral de faire croire au misérable qu´il a raison, comme le monde d´aujourd´hui le fait. Ce n´est pas parce que quelqu´un est riche qu´il a forcément tort, et si quelqu´un est pauvre, qu´il est forcément innocent !

Il faut dire qui a tort et qui a raison. Et le coupable doit payer ce qu´il doit. David était le modèle parfait de la morale humaine adamique qui consiste à ne jamais laisser croire à celui qui a tort qu´il a raison, même s´il est opprimé, et à ne jamais contraindre celui qui a raison à renoncer à ses droits. Mais, tout en dirigeant le royaume, David savait être proche de son peuple et se souciait lui-même de celui qui n´avait pas de quoi payer son dû. Ainsi, grâce à ce que faisait David, la loi était entièrement acceptée par tout le monde : justice (et un sentiment de dignité) était rendue au riche, et on faisait tsedek (sentiment qu´il a été bien jugé) au pauvre, en lui apprenant à prendre ses responsabilités et reconnaître ses torts. L´un et l´autre retrouvaient donc la véritable valeur morale.

\ »David se posa la question : reste-t-il encore quelqu´un de la famille de Shaül envers qui je pourrais être bon, en raison de ma promesse à Yonathan… Il restait le chef des serviteurs de la maison de Shaül…\ » David lui demanda \ »y a-t-il encore dans la maison de ton ancien maître un descendant avec lequel je pourrais appliquer \ »tsedek Elohim\ ». Oui, il y a le fils de Yonathan, mais il est paralysé des jambes.\ » ´Hessed Elohim\ » est la même notion que \ »mishpat et tsedaka\ », car Elohim évoque le din, la rigueur, contraire du ´Hessed, débordement de bonté. La famille de Shaül était le pire ennemi de David qui ne peut donc faire seulement ´Hessed. Il faut cette union des contraires. Mais, dès qu´il vit le fils de Yonathan, et qu´il était un géant de la Torah, David le prit pour maître. Il l´appela tout de suite \ »Méphiboshet\ », la bouche qui me fait honte, car il était plus grand que lui, le contredisant même en public quant à la Torah. Et il lui dit \ »je te fais du ´Hessed, et sache que toutes les propriétés que j´ai prises à Shaül, je te les donne. Et tu mangeras toute ta vie à ma table.\ » Nos Maîtres expliquent que, selon la hala´ha, quand un homme se révolte injustement contre le roi légal, il perd tous ses biens. David avait donc confisqué tous les biens de Shaül. Mais, après avoir parlé de \ »´Hessed Elohim\ », qui était l´expression de l´équilibre, il semble qu´il ait été aveuglé par le fait que c´était le fils de Yonathan, et par sa grandeur dans la Torah. Shaül avait fauté à son égard, et ses biens avaient été confisqués. Les restituer pouvait faire peser des doutes sur la légitimité de la royauté de David. La Torah nous donne, ici, l´une des clés les plus sages de toute relation humaine authentique : il est dangereux de faire à quelqu´un un bien démesuré. Quand tu es bon, juste et responsable, tu dois faire attention à qui bénéficie de ta bonté, car tu te mets en danger. Et c´est une clé que l´occident devait comprendre, car elle explique son effondrement et sa mort future.


30 novembre -0001
  1. bonjour Rav ,

    Votre clarté et votre profondeur d\’analyse sont extremement pertinentes et toujours terriblement connectées à notre réalité contemporaine .

    j\’ arrive bien à saisir la notion du trop de bien tue le bien si ce bien est adressée à quelqu \’un de mal intentionné à l\’égard de celui qui donne .

    dans l\’exemple donné au debut du cours sur le pauvre et le riche qui demandent reparation du prejudice que chacun estime avoir subi et demande reparation au Roi DAVID .

    vous expliquez que la maniere qu \’avait le Roi DAVID de rendre la justice tout en etant charitable etait d\’user d intelligence pour faire prendre conscience au pauvre, finallement jugé coupable, de sa responsabilité .

    Pour cela et de facon a ne pas mettre en peril l\’equilibre de sa famille en le mettant en plus grande difficulte financiere , le Roi DAVID rendait la sentence avec justice avec tres grande honnetete morale et intellectuelle et faisait savoir au pauvre qu il avait tort .
    il lui demandait de payer ce qu il devait en reparation du dommage causé et laisser le \ »pauvre \ » dans cette situation suffisament longtemps pour que le pauvre eprouve integre et comprenne ou etait sa responabilite , ne gros qu il prenne conscience du prejudice qu il a causé et ensuite le Roi DAVID lui faiait porter la somme equivalente a celle qu il doit au riche pour qu il puisse payer et rembourser le riche du prejudice causé sans mettre en péril le pauvre qui en prenant conscience fait sincerement amende honorable et ne reproduira pas la meme erreur .

    donc le Roi DAVID arrive par sa grande mansuetude a concilier justice et charité tout en respectant la morale avec exigence et rigueur .

    ma question est la suivante :

    Le peuple juif à l\’epoque du royaume de DAVID etait suffisament nombreux pour que ce type de situation se produise et se reproduise et se reproduise de tres nombreuse fois .

    le fait d\’appliquer la charite comme le faisait le Roi DAVID avec subtilité n epeut etre efficace que si il n\’agit qu\’une fois de cette maniere ou si le pauvre ayant beneficie de la charite du Roi ne divulguait pas l\’acte de charité de DAVID à son egard .

    a partir du moment ou la pratique est connue par le peuple elle peut endommager la sincerite de la repentance des autres pauvres quyi se retrouveraient dans le meme cas que le pauvre de l\’exemple .

    doit on donc juste deduire que ce cas est juste une illustration symbolique de la maniere dont DAVID concilier justice et charité mais n \’est pas la realite ?

    oubien est ce que ce cas fut bien reel et le roi DAVID choisissait de maniere intuitive les gens aupres desquels il desirait faire cet acte de charité ?

    si a tout hasard votre reponse s\’oriente plutot vers la seconde option , est ec qu\’on peut y voir la l \’attribut du machia\’h qui comme il est dit , jugera grace a son odorat ?

    merci pour votre reponse
    merci pour vos enseignements qui sont d \’une grande richesse.
    merci pour votre engagement votre energie et votre implication investis dans chaque cours

    je vous souhaite beaucoup de bien

    didier

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+