Ah ces juifs! -Paracha Vaygach- 2 Dec 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Quand Yossef rencontre ses frères, cela fait déjà 9 ans qu´il jouit de la liberté, de l´aisance et du pouvoir, pourquoi n´a-t-il pas fait prévenir son père qu´il est toujours vivant, pour mettre fin à sa souffrance ? De plus, quand ses frères arrivent, pourquoi ne se fait-il pas connaître, et augmente-t-il même la souffrance de son père, en tenant Shimon en captivité, pour exiger la venue de Benyamin ? Pourtant, quand il se dévoile finalement, on voit qu´il ne s´est pas endurci. Ce n´est donc pas la raison de son silence et de sa façon de se comporter avec ses frères. En réalité, il connaissait les mécanismes profonds de la faute, et savait qu´on ne peut pas simplement tourner la page. Il faut une réparation et tout un travail pour se nettoyer de la faute. Il a donc gardé le silence, voulant amener ses frères à la compréhension profonde de ce qu´ils ont fait, et il attend de la Providence l´opportunité pour les amener à réparer. Car il sait que leurs erreurs ont des répercussions sur toutes les générations futures. Ce sont d´ailleurs les derniers résidus de cette faute, qui n´ont pas été entièrement nettoyés par Yossef et ses frères, qui entraîneront les catastrophes de notre histoire : la haine gratuite dans notre peuple, qui provoqua la destruction du 2ème Temple et l´exil.

Quand ses frères se sont présentés devant lui, Yossef a voulu qu´ils reconnaissent que ce qui leur arrivait avait pour cause sa vente. C´est ce qu´ils ont fait, mais ils n´ont jamais reconnu qu´ils s´étaient trompés. La Torah nous dit qu´ils lui parlèrent, mais sans en préciser le contenu. Les frères ont seulement dit qu´ils auraient dû avoir pitié de Yossef quand il les avait suppliés. Leur faute aurait donc été la cruauté, l´exagération quant à leur action, mais non une erreur quant au fond. Ils ont estimé qu´ils ne s´étaient pas trompés dans leur jugement, et n´ont donc pas demandé pardon. Pourtant, Yossef, après 22 ans d´épreuves, de souffrances et de tentations en Egypte, est toujours resté \ »hatsadik\ », le juste, géant spirituel et moral. Qu´ont donc vu en lui ses frères, qui méritait un tel comportement de leur part ?

Ils étaient prophètes et avaient vu que, de Yossef, sortirait le 1er grand roi tyran et idolâtre d´Israël, Jéroboam, auteur du schisme qui affaiblit le royaume de Yehuda, lui arrachant 10 tribus, et préparant la destruction de la nation d´Israël. De plus, par la force et le meurtre, il contraignit le peuple à l´idolâtrie. Les frères voulurent empêcher cette destruction. Ils ont le mérite de ne pas se laisser séduire par le présent, où Yossef est juste, et même le sauveur de son peuple. Ils vont jusqu´au bout de ce qu´ils ont compris. Et c´est le courage qui nous manque beaucoup, aujourd´hui !

17 ans plus tard, quand Yaakov voudra bénir les enfants de Yossef, il aura cette même révélation de Jéroboam, qui sortira d´Ephraim, et c´est pourquoi il demandera \ »qui sont ceux-là ?\ » Mais comment, de Yossef, matrice pure, sortit un roi comme Jéroboam ? Nos Maîtres expliquent que la royauté avait été donnée par Yaakov à Yehuda, confirmée par Moshé. Or, le fils de Shlomo se comporta très mal. Jéroboam vint, au nom de tout Israël, pour le mettre en garde. Hachem envoya un prophète pour récompenser Jéroboam de son courage, et lui dire qu´il recevrait 10 tribus et serait roi sur elles. Néanmoins, la royauté spirituelle restait à Yehuda, avec le Temple et Jérusalem, et c´est ce que Jéroboam refusa, mettant en place sa propre religion. Il oublia qu´en Israël, nul n´est dirigeant pour soi-même, mais pour révéler Hachem. En réalité, Yossef pouvait être hatsadik, le juste, mais non hamélekh, le roi !

De la même façon, Shaül était trop parfait, et c´est pourquoi il s´est écroulé. David est devenu LE modèle pour l´éternité, car \ »il avance comme quelqu´un ayant sur le dos un sac empli d´immondices\ ». Etre roi, c´est représenter tout le peuple. Or, un peuple est constitué de très peu d´êtres d´élite ; tous les autres sont des tordus. \ »Tsibour\ » s´écrit avec les initiales des mots : tsadik, bénoni et rasha : justes, moyens et méchants. La majorité du peuple n´est pas juste ! Hachem mise sur la majorité, car il veut que l´on dévoile l´endurance, la patience et l´humilité. Celui qui est trop parfait ne supporte pas les autres, comme Yossef qui voyait et rapportait à son père le comportement de ses frères.

Hachem veut être Roi sur toute la terre, et un roi doit supporter la médiocrité, c´est à dire avoir la patience, l´optimisme et la foi certaine que ce monde arrivera à être parfait. D a décidé de Se lier avec patience à la nullité. De toute façon, par rapport à Lui, les hommes seront toujours nuls !

Mais les frères aussi ont fait une erreur. S´ils avaient été capables de combattre seulement sur le plan idéologique, sans que leurs sentiments ne prennent le dessus sur la fraternité, ils auraient eu raison, et Yossef aurait eu tort. Mais leur conflit s´est transformé en haine humaine.

Il y a deux types de maux possibles : tout excuser et légaliser, par lâcheté, c´est ce qui détruit notre génération ; ou bien, à l´autre extrême, supprimer tout ce qui dérange, et c´est la faute à la fois de Yehuda et de Yossef. Ils sont extrêmes dans leur qualité.

Notre exil dure encore, et c´est la preuve que nous avons toujours ce même problème. Le monde occidental a fait le choix de la lâcheté. Face à lui, se lève un monde radical et terroriste qui veut tout exterminer. Israël a été choisi pour arrêter les monstres. Mais nous devons, d´abord, parvenir à trouver l´équilibre, à l´intérieur de notre propre peuple !


30 novembre -0001

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+