La perfection de l´homme imparfait ! -Roi David- 11 Dec 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Nous avons montré comment David, par des prouesses spirituelles et morales, cherche au plus profond de la Torah des principes, pour pardonner à Shimi ben Guera. Pourtant cet homme, qui lui a fait du mal gratuitement et injustement, ne changera pas, et essayera à nouveau de se révolter contre lui. Or, de façon fort étonnante, dans le texte qui suit immédiatement, nous voyons une réaction de David qui, apparemment, est à l´extrême opposé.

Tsiva, chef des serviteurs de la famille de Shaül, rejoint David, avec des hommes et des vivres. Etonné, David demande \ »où est ton maître, Méphibosheth ?\ » Méphibosheth, fils de Yonathan, est le seul survivant de la famille du roi Shaül. Tsiva répondit \ »il a préféré rester à Jérusalem\ », ce qui sous-entend que Méphibosheth souhaiterait que David ne revienne pas comme roi à Jérusalem. Etonnamment, David le croit, sans aucune vérification, transgressant ainsi l´interdit de \ »mékabel lashon hara\ », recevoir le lashon hara. Il dit à Tsiva : \ »Tous les biens de la famille de Shaül, je te les donne.\ » Le roi peut confisquer et disposer des biens de celui qui se révolte contre lui. David destitue donc Méphiboshet, ainsi que sa famille, donnant leurs biens à Tsiva.

Méfiboshet arrive, portant tous les signes du deuil : les habits déchirés, et il ne s´est ni rasé, ni lavé depuis que David a dû quitter Jérusalem. Mais David lui reproche \ »pourquoi n´es-tu pas venu avec moi ?\ » \ »Adoni, mon maître, comment me parles-tu ? J´ai dit à mon serviteur : prépare mon cheval, on va chez David. Mais il a pris mon cheval et est parti seul, avec l´escorte et les vivres. Je suis infirme ! Comment as-tu accepté son lashon hara ? J´attends de toi que tu saches juger avec les yeux d´un véritable envoyé d´Hachem ! S´il y a un homme au monde qui ne pouvait se révolter contre toi, c´est moi ! Ne t´ai-je pas déjà prouvé ma reconnaissance, pour tout le bien que tu m´as fait ?\ » Mais David lui répondit \ »Ne dis pas un mot de plus\ ». Pourtant, il avait laissé parler Shimi. \ »Je suis prêt à revenir sur une partie de ma décision : partagez-vous les biens de Shaül\ ». Méphiboshet lui dit : \ »qu´il garde tout. Cela me suffit de te savoir vivant et de retour à Jérusalem\ ».

Le Malbim s´étonne \ »David a pardonné à un homme dangereux qui s´était révolté contre lui et l´avait maudit, et il se met ici en colère contre celui qui est son ami et lui veut du bien\ » ! Cette attitude aura des conséquences dramatiques dans toute notre histoire. Le-Radak et les autres commentaires rapportent un texte du Talmud selon lequel \ »quand David prononça ces paroles humiliantes \ »toi et Tsiva, partagez-vous les biens de Shaül\ », une voix sortit du ciel décrétant le schisme par Jéroboam, trois générations plus tard. A cause de la faute de David, qui accepta le lashon hara de Tsiva, et refusa les arguments de Méphiboshet, bien qu´il ait porté sur lui tous les signes de son deuil, nous avons eu deux destructions de Temples et l´exil.\ »

La Torah nous montre ici les dégâts des qualités des grands hommes, quand ils n´arrivent plus à les gérer. Et, cette fois-ci, D. n´envoie pas à David le prophète Nathan, comme après la faute avec Bet Sheva, car David ne le croirait pas. En tant que porteur de l´étincelle messianique, David enseigne au monde la téshuva, c’est-à-dire que tout est toujours récupérable, et qu´il n´existe pas d´obscurité qu´on ne puisse transformer en lumière. Il s´occupe de ramener l´humanité à Hachem. Mais, quand il n´a plus devant lui l´obscurité, quand il est face à son propre monde, il a moins d´indulgence.

De la même façon, nous sommes parfois très indulgents avec les lointains, et avons des difficultés avec nos proches. Car il est plus facile d´aimer ceux qui sont loin. Mais la vraie paix se fait d´abord avec les siens ! David exprime ici l´erreur humaine fondamentale : avec nos proches, nous avons plus de difficultés, car il y a l´usure, et la relation est banalisée, usée. Sauf si l´on utilise les clés données par la Torah pour en faire une relation extraordinaire !

De cette faute de David découlera le schisme, c’est-à-dire la séparation entre les tribus, et toutes les catastrophes qui s´ensuivront. Notre peuple est censé être \ »or la goim\ », mais notre histoire a commencé avec la lutte entre les frères, Yossef et Yehuda ! Israël a reçu la mission de sauver l´humanité de son problème de mésentente et d´union impossible des contraires. David est l´unificateur, mais il a accepté le lashon hara. La force unificatrice a commencé à se fissurer ici. Le problème est qu´il commençait l´unification de l´extérieur vers l´intérieur, alors qu´il faut commencer par l´intérieur, par le noyau. Le Zohar nous dit que le Mashiah est celui dont, pour la 1ère fois sur terre, le couple sera parfait. Réussir cette relation à deux parfaite sera la matrice de la délivrance !

De l´erreur de nos grands, nous voyons où doit être en priorité notre vrai combat : pour être \ »or la goim\ », nous devons réussir la fraternité, jusqu´aux retrouvailles entre Yehuda et Yossef. Toute l´histoire du monde est la fraternité, car rien n´est plus difficile que d´être en paix avec son frère.


30 novembre -0001