La vraie source -Paracha Lech lecha- 10 Oct 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Le problème de l\’injustice et de comment D. dirige Son monde est LA question fondamentale que se sont posée tous les hommes. C\’est ce que Moshé demande à Hachem, et c\’est aussi ce que dit Avraham, quand il plaide pour sauver Sodome : \ »il n\’y a pas de justice dans le monde.\ » Les prophètes reprendront sans cesse cette interrogation. David, quant à lui, aborde ce problème dans le Psaume 13, et nous y révèle quelque chose d\’incroyable : la justice dans ce monde est tellement voilée que nous voyons tout le contraire. Nous savons qu\’il existe une justice car il est dit : \ »Elokim bara et hoalom\ ». Or, Elokim est D en tant que juge. Et Rashi commente \ »ala bémarshavto livro et haolam be midat ha din\ » : le pilier fondamental sur lequel est créé le monde est la justice. Comment, donc, voyons-nous tout le contraire ?

L\’une des explications de ce verset est que D. créa l\’homme \ »bétselem Elokim,\ » c’est-à-dire à l\’image de D en tant que juge. L\’homme est l\’image de la justice divine. Cela signifie que D. dirige Son monde avec justice, mais C\’EST L\’HOMME QUI DOIT LE DEVOILER. Suivant la façon dont il se comporte, avec justice ou non, il sera ou non possible de voir que D. dirige Son monde avec justice.

Mais David va plus loin et nous explique la raison cachée, LE POINT DE DEPART DE L\’INJUSTICE HUMAINE qui, ensuite, nous empêche de voir la justice divine : \ »ils mangent du pain, mais ils n\’invoquent pas le Nom d\’Hachem\ », ils ne font pas de bra\’ha. Bra\’ha signifie \ »source\ ». Tout commence, donc, par le fait qu\’un homme mange SANS RECONNAITRE LA SOURCE du shefa, du flux qu\’il reçoit, et sans remercier. Au contraire, par la bra\’ha, il rattache sa vie à sa Source qui est le Maître du monde. La Torah a été donnée pour que nous rattachions le monde à sa Source. C\’est pourquoi, lorsque David comprit que la première cause du mal, c\’est que l\’homme ne rattache pas assez le monde à sa Source, il institua les 100 bénédictions quotidiennes.

Le Talmud dit que l\’homme qui ne fait pas les brahot ressemble à un voleur. Or, dans toute la Bible, le vol est le principe fondamental de l\’injustice : pour stigmatiser l\’injustice, il est dit que \ »la terre était remplie de \ »hamas\ », de vol\ ». Rashi dit que le déluge a été décrété à cause du vol car il est, plus que tout autre chose, le fondement de l\’injustice parce que l\’homme se construit sur ce qui ne lui appartient pas. C\’est pourquoi la génération de la tour de Bavel n\’a pas été détruite, car il y avait entre eux fraternité, amour et justice, qui est le maintient du monde. Pratiquement toute l\’identité juive authentique repose sur le principe de la bra\’ha : nous recevons, nous profitons du monde, et nous devons avoir le réflexe moral de dire MERCI. Sinon, nous sommes des voleurs, et le monde sombre dans l\’injustice. Mais pourquoi David parle-t-il spécialement du pain que l\’on mange ? C\’est que la bénédiction sur le pain a une particularité unique. Elle dit \ »tu fais sortir le pain de la terre.\ » Pourtant, il n\’y a pas de nourriture qui exige de l\’homme autant de travaux, parmi les plus pénibles ! Mais, justement parce que c\’est là que l\’homme investit le plus d\’efforts, il est important de dire : sans l\’aide d\’Hachem qui fait tout, nous n\’aurions rien ! Surtout dans les domaines où l\’on ne voit que l\’action de l\’homme, il faut reconnaître la Source !

\ »Tsedek, tsedek ti\’hdof, tu poursuivras la justice\ ». La répétition nous montre que c\’est la vraie volonté d\’Hachem. Et, lorsque l\’on ajoute la lettre hé, la tsedaka est le fait d\’aider, et c\’est un acte de justice. Si j\’ai reçu santé, richesse… c\’est que D. a investi en moi davantage que dans les autres, et je dois être encore plus reconnaissant et aider les autres, sinon, je fais un acte d\’injustice. Rashbi dit que, si un homme est méritant, D. qui l\’aime lui fait un cadeau : il lui envoie un vrai pauvre, pour qu\’il puisse lui restituer ce qui est à lui. C\’est la sagesse suprême du monde. Mais celui qui ne donne pas récidive dans le vol, car il garde ce qui n\’est pas à lui.

Tsedek et tsedaka sont liés à la bra\’ha car si, chaque jour, je me rappelle que rien n\’est à moi, je vais tous les jours redonner aux pauvres ce qui est à eux. Ainsi, j\’accomplirai un acte de justice, à la fois par rapport à l\’homme et par rapport à D. Et la justice reviendra dans ce monde.

Dans notre paracha, nous voyons 3 fois cette notion : un juste authentique, avant de commencer à servir Hachem, se pose toujours la question fondamentale : quel est le problème de ma génération, et quelle réparation D. attend-il de moi ? Comment dois-je utiliser les mitsvot, pour gagner le combat d\’aujourd\’hui ? C\’est ainsi qu\’Avraham voit que Sodome, qui punissait de mort l\’hospitalité, et qui rendait des jugements à l\’inverse de la vraie justice, représentait l\’injustice absolue. Il fondera donc tout son service d\’Hachem sur l\’hospitalité.

David fait aussi une 2ème révélation : le fait de retrouver la justice est aussi lié au fait de revenir à Sion, \ »car la bra\’ha se trouve à Sion\ ». La Torah nous a été donnée pour faire de nous des hommes de bra\’ha, de reconnaissance, et c\’est le 1er mot que nous prononçons en nous réveillant \ »modé ani\ ».\ » La tribu qui donne le Mashia\’h est la tribu de Yehuda, la tribu du merci, de Hodayah.


30 novembre -0001