Le libre arbitre selon le talmud – Deuxieme Partie-27 Janv 2014

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : \ »Hava dit : une personne tire (un coup de feu ou une flèche) sur une autre qui a un bouclier. Mais, une fois que la flèche est partie, quelqu\’un arrive et lui arrache le bouclier. Même si c\’est le tireur lui-même qui s\’est précipité (ou a fait une action pour faire tomber le bouclier après avoir tiré), il est patour, on ne peut le condamner à mort.\ » Nous voyons, comme le dit le Tanya, que beaucoup de cas envisagés dans le Talmud n\’existeront jamais dans la réalité, mais les Maîtres établissent les principes fondamentaux qui, ensuite, permettront de gérer la réalité.

Le Talmud sépare les deux actes qui ont été faits : lorsqu\’il tire, l\’auteur n\’est pas un assassin, car la victime a un bouclier. Ensuite, même si c\’est l\’auteur qui enlève lui-même le bouclier, et même s\’il a prémédité et calculé la mort, il est patour, car le fait d\’enlever le bouclier n\’est pas un acte criminel, et ce n\’est pas cela qui a tué la victime. Il s\’agit d\’une suite d\’actions, indépendantes l\’une de l\’autre, et rien n\’oblige l\’auteur à les accomplir : il y a, dans chaque action, un engagement volontaire et il reste toujours le libre arbitre. Chaque acte est considéré de façon séparé, car c\’est une action en soi. Dans la 1ère, le choix de tirer, n\’est pas incluse la mort, car la victime a un bouclier. Et la 2ème, le fait de retirer le bouclier, n\’est pas, en lui-même, un acte condamnable.

Le Rav compare, ensuite, le cas qui nous occupe aujourd\’hui, à d\’autres situations, et en particulièr à celles que nous avons étudiées dans les cours précédents.


30 novembre -0001

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+