Seminaire Montreal -4- Hanouka 24 Nov 2013

Posté il y a 6 années by rav Haim Dynovisz
0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Paradoxalement, dans la prière, qui est l\’acte spirituel par excellence, on évoque Hanouka seulement sous l\’aspect de l\’acte physique, de la guerre. Par contre, lorsque l\’on traduit la fête par une action qui s\’adresse au corps, on évoque seulement le miracle de l\’allumage, qui est pourtant la dimension la plus spirituelle. Ainsi, dans la manière même dont nous fêtons Hanouka, nos Maîtres insistent sur cette unité dont nous avons parlé dans le cours précédent : la victoire contre les Grecs consiste à montrer qu\’il y a UNITE ENTRE LES DEUX MONDES ! Lorsque l\’on est en haut, dans la prière, on regarde vers le bas, et lorsque l\’on est en bas, dans l\’action, on regarde vers le haut. Lorsqu\’un Juif s\’occupe du spirituel, il n\’oublie jamais le monde matériel, et inversement, et c\’est le modèle pour l\’humanité entière. Le Juif est l\’homme de la synthèse : la prière nous permet d\’être connectés avec Hachem dans notre action sur terre, et la connexion avec Lui a pour but de mieux nous investir dans ce monde.

Le Rav explique ensuite l\’allumage, ce qui y est représenté et le message qui se cache derrière, en particulier dans les 5 éléments : la fiole, l\’huile, la mèche, la flamme et celui qui allume. Et, notamment, que le peuple juif est comparé à l\’huile, car on a toujours essayé de nous mélanger aux autres, de nous faire disparaître, mais nous avons toujours fini par remonter à la surface ; c\’est la nature que nous avons reçue. Nous sommes le secret de l\’huile : shemen et neshama, ce sont les mêmes lettres, et la neshama ne peut disparaître.

La fiole, c\’est le maassé, l\’action. C\’est l\’essentiel, car c\’est le réceptacle dans lequel nous mettons l\’esprit que nous allons répandre. Pour changer le monde, il faut d\’abord s\’y engager, de façon concrète, car il ne connaît que l\’action et la force. Il ne considère que ceux qui agissent et changent la société dans laquelle ils se trouvent. C\’est le moyen indispensable pour arriver à l\’esprit.

Le peuple juif est porteur du message de l\’unité : il faut à la fois transmettre un souffle, mais on ne peut l\’installer dans ce monde que par la puissance de l\’action et de la force ; et il faut parfois se battre, comme l\’ont compris les \’Hashmonaim. Ils étaient les représentants de l\’esprit, mais ils ont dû relever un défi : les Grecs voulaient réduire les prêtres au seul domaine spirituel. Ils prirent donc les armes et se battirent, car le chemin d\’Israël passe à la fois par l\’esprit et par l\’action.

C\’est aussi le défi de la Délivrance finale. La Torah dit que, au moment où le soleil se lève, Yaakov est guéri du coup de Esav. Dès les prémices de la Délivrance, le peuple juif commence à retrouver sa véritable identité, l\’union parfaite entre âme et corps, pensée et action, esprit et engagement concret dans l\’histoire.

C\’est le chemin d\’Israël, que nous devons découvrir. Que nous ayons tous cette force de devenir de véritables Juifs !


Laisser un commentaire

30 novembre -0001