Avec le Rusé, sois Rusé et avec l’Intègre, sois Intègre – Paracha de la Semaine – Toldot – 1er Novembre 2010

0 vues

MP4 MP3 La Paracha la plus claire à analyser à notre époque est celle de Toldot et le rav Dynovisz va bien sur s’en donner à cœur joie.
Elle nous parle des philistins qui habitaient dans la bande de gaza et curieusement, on nous parle relativement peu d’Itshak, qui a vécu pourtant 181 ans. Très étonnant, autant d’année de vie passée sous silence ! Itshak est mis en garde de ne pas quitter la terre d’Israël. Il arrive chez les philistins et va, comme son père, cacher sa femme car il se sent en danger. Itshak va commencer à cultiver et produire 100 fois plus que le meilleur des champs en temps normal. Quelle bénédiction !!! Les philistins sont jaloux et haineux et vont boucher tous les puits. Itshak, loin de se décourager, va continuer malgré tout. Le roi Avimelkh, n’en pouvant plus, va lui dire : va-t-en, tu t’es enrichi sur notre compte. Itshak s’en va et va construire d’autres puits plus loin que les philistins vont réclamer, il va de nouveau partir en leur laissant ce mêmes puits encore et encore jusqu’à trouver un lopin de terre non revendiqué. Avimélekh, accompagné de Pikhol son général, va lui proposer un traité de….Paix. Toute ressemblance avec une autre histoire est fortuite.
Et Itshak va accepter et…signer. Et le rav se contente de lire, Incroyable et en plus, ils nous traitent de voleur ! Le rav signale que Guilad Shalit sera enlevé à l’endroit qui s’appelle la ligne de la …Paix. Ah, la Paix !!!!!!
En trame de fond, il y a aussi l’histoire des enfants d’Itshak, Yaacov et Essav, il y a la vente par Essav de son droit d’ainesse dont il va se débarrasser au profit de Yaacov ! Nous parlons aussi de la manière dérobée qu’a eu Yaacov afin de récupérer les bénédictions. Il y aussi le mariage d’Essav avec la fille d’Ichmael.
L’analogie est claire mais nous allons essayer d’en extraire quelques gouttes.
Dans les 2 cas, l’agresseur se transforme en victime !
Avimélekh va se dire choquer en apprenant qu’il allait fauter avec Rivka. Il va accuser Itshak d’en être responsable. C’est du tragi-comique !
Essav va pleurer face à son père en accusant Itshak de l’avoir roulé !
Israël se retrouve à chaque fois face à un ennemi qui se déclarera être agressé !!
Tant de mauvaise foi !
Israël s’appelle parfois Avraham, parfois Itshak et parfois Yaacov au niveau de l’histoire. Mais malgré la droiture et le désir de paix d’Avraham et d’Itshak, seul Yaacov recevra le nom d’Israël. Et pourtant, c’est le seul à utiliser des voies pas toujours recommandables et c’est le seul à se défendre ! A Méditer et en plus, Yaacov est le seul appelé Pilier de la Vérité!
En fait, Yaacov est rusé avec le rusé, il est extrêmement réaliste.
C’est Yaacov, notre modèle fondamental, il ne se laisse pas faire et frappe le premier !
Yaacov a intégré au niveau moral la ruse, le droit de se défendre.
Avec le rusé, sois rusé, avec l’intègre sois intègre, dit le psalmiste (psaume 18).Il faut utiliser les mêmes armes que notre ennemi. Mais ou cela doit il commencer et s’arrêter ? Où est la limite ? C’est très subtil !
Yaacov porte l’habit d’Essav mais n’est pas…Essav. La voie de Yaacov et pas les mains d’Essav. Il a utilisé les armes du malfaiteur sans le devenir. Et Itshak est très étonné et lui dit : comment as-tu fait pour réussir cela ? Ce monde demande de la nuance, c’est le chemin de Yaacov, celui du juste milieu !
Yaacov garde l’intégrité de son message en se comportant comme Essav, telle est la mission d’Israël ! Le principal ennemi de l’homme est lui-même !
Trop Bon, trop…et voila comment l’occident est en train de couler petit à petit.
Il ne faut pas laisser nos ennemis se servir de notre bonté pour nous enterrer.
Moral mais sans pitié pour l’ennemi !
La Paracha va nous donner une indication, celle qui va sauver Yaacov.
Il va écouter sa mère, qui lui dira de rester chez Lavan jusqu’à qu’elle l’envoie chercher et ce, à un age avancé. Il est capable d’écouter un autre modèle que lui-même. Il comprend qu’il n’est qu’un maillon dans la chaîne, il s’enracine dans la génération qui précède et qui suivra, il ne créé pas sa propre histoire. Il ne se considère pas comme la vérité absolue, il l’a construit dans l’histoire ! Il est fidèle à la tradition. Il actualise le message d’hier pour trouver les solutions aux problèmes d’aujourd’hui. Et c’est l’histoire de l’histoire !


9 juillet 2018