Ils nous ont vole notre Messie mais nous le reprendrons! -Paracha de la semaine- Balak-Bilam-Pinhass 11 Juillet 2011

  1. elior quelle chance de pouvoir trouver par soi meme toutes ses belles choses il faut un niveau de connaissances…..que penser de 26×222 qui peut etre decomposer soit 5772

  2. cours exceptionnel prophetique peut etre en tout les cas kol a kavod trop fort cette analyse ces raprochements hazak hazak

  3. Bonjour Rav, merci pour ce cours génial. Voici un raisonnement que j’ai fait. La femme en question : il s’agit de la « rose parmi les épines » comme il est dit dans le Cantique des Cantiques 2,2 : « Comme une rose parmi les épines, telle est mon amie parmi les jeunes filles ». On peut donc dire en utilisant le vocabulaire employé dans le votre cours : L’épine est la matrice de la rose. Voilà la rose que le Machiah doit trouver !!! Maintenant je vais faire un raisonnement. J’irai droit au but en ajoutant pièce par pièce sans pour autant expliquer d’où elles me viennent ; je considère comme preuve du raisonnement le dessin structuré final. Ainsi, le mot « épines » se dit « ‘Ho’him » ; il commence par la lettre ‘Heth. Votre cours est fait au mois de Tamouz ; correspondant à la lettre ‘Heth selon le Sefer Yetsira. Quel est le mari de ‘Heth ? Je fais l’hypothèse que c’est Tsadik, né en Chevat. Voici, ma démonstration intuitive. Dans 2,2 du Cantique des Cantiques : on a la femme. Dans 2,3 : on a le mari qui est comme un « pommier parmi les arbres de la forêt ». Cela fait référence à Tou Bichevat. Si on considère le mot ‘hèt (flèche) composé par la lettre ‘heth suivi d’un tsadik sofit ; ce mot signifie flèche ayant manqué sa cible. Tandis que si on considère le mot composé par la lettre tsadik puis la lettre ‘heth, on a le mot Ta’h qui veut dire « éblouissant de blancheur, pur, serein ». On a deux sortes d’union de cette femme et de cet homme ; soit la flèche qui manque sa cible, soit la sereine union qui est éclatante de blancheur. En quoi cela correspond-t-il ? C’est comme si le soleil cherchait la lune pour s’unir. Si le Soleil se trouve avant minuit alors il est comme une flèche qui manque sa cible, mais s’il dépasse minuit, alors le soleil devient clair et serein car il y a union à l’aurore. Le signe est donc minuit ; en fait la « moitié » de la nuit. Le mot moitié en hébreu correspond à ‘heth-tsadik-vav-tav ; c’est-à-dire que si on découpe le mot on obtient ‘heth-tsadik = ‘het (flèche) et vav-tav. Ainsi pour obtenir l’inversion Ta’h, on doit donc avoir un tav-vav = tav = un signe. Dans l’histoire de l’union du soleil et de la lune, le signe du commencement de la délivrance est minuit. Dans la Torah, j’ai trouvé deux autres exemples de ce type d’union. La première est quand Abraham a perdu Sarah (Sarah est décédée) ; alors Abraham doit payer 400 shekels (TAV shekels) aux enfants de ‘het (les épines=les enfants d\’avant minuit) pour récupérer Sarah. La deuxième union, est quand Eliezer veut chercher la femme d’Itshak ; alors il attend un signe…qu’il obtiendra quand Rivka viendra avec des cruches d’eau pour le servir (cruches d’eau = verseau = Chevat) ; Eliezer voit que Rivka peut s’unir (union entre Tamouz et Chevat). Voilà, mais vient ensuite la question : est-ce que ce type d’union correspond à celle du Machiah et de sa Belle. Je pense que non. Je dirais que ‘heth correspond à l’épine alors que la rose correspond à la lettre ‘hé. En effet, on rencontre souvent des mots dont le sens négatif ou positif dépend de la présence d’un ‘heth ou d’un hé. (par exemple ‘Haran=ville de Mésopotamie, symbole d’idolâtrie) et Rinah = allégresse ; ou par exemple ‘Hamets et Matsah). Donc la rose est le hé, née au mois de Nissan (c’est par le mérite des femmes que se fait la délivrance = Tou Beav ) Qui est le mari de hé ? Je dirais que c’est Gimmel (comme Yaacov le troisième). Je me base sur la même correspondance d’union symétrique que ‘heth et tsadik selon le calendrier hébraïque représenté ainsi http://www.galenai.fr/index.php/calendrier. Gimmel , selon le Sefer Yetsira correspond à Marheshvan dont le mazal est le signe du scorpion (on dit que 3 choses arrivent par hasard, une trouvaille, un scorpion et le Machiah). Le Machiah s’appelle Ménaché…. Si on regarde l’union des deux lettres hé et gimmel, on a le mot hé-gimmel-hé = son de voix, cantique, soupir (ça c’est quand le Machiah cherche la rose). Puis on a le mot gimmel-hé = gèh = Voici……comme « Voici la délivrance ! ». En gardant deux hé, on a gimmel-hé-hé = guérison ou guérir (cf. lépreux)………Qui vivra verra l\’oeil de Yaacov…

  4. Bonjour Shimon Ohayon, mon commentaire n\’est pas bon. La seule chose que je garderais pour l’instant, c’est ce que j’ai dit au sujet du ‘heth et du tsadik, et minuit. Je garderais aussi la rose des épines comme la lettre hé…Mais je ne dis pas que le père de la rose serait un tsadik. Pour le reste, je me suis laissé emporté ; et cela en grande partie car je n’ai pas de bonnes connaissances…alors je brode quelques trucs par ci par là. Ce qui est important, c’est la question : « Comment reconnaître son zivoug ? » Quel serait le signe ? A cela, je me disais qu’il fallait chercher dans l’association des lettres……Mais c’est compliqué à trouver…… Pour ce qui du 26 x 222 = 5772, c’est une équation à s’éclater le cerveau. Quel est le mot dont la guematria donne 26 qui marié (conjonction) à un mot de guematria 222 donnerait (enfanterait) un mot de guematria 772 ? Est-ce qu’il faut procéder ainsi ? je ne sais pas, mais c’est la piste que je vous propose. Cordialement.

  5. À Shimon Ohayon : J’ai un peu réfléchi à ce que pouvait nous apprendre l’équation 26 x 222 = 5772. J’ai vu plusieurs commentaires sur la date 5772 comme étant la date d’arrivée du Machiah si Israël était méritant…alors cela m’a interpellé. J’ai donc recherché quelques guématria pour 222, et j’ai trouvé plusieurs mots toujours dans le même rapport. Dans Exode 6,2 : « Et parla D.iau à Moshé, et il dit : Je suis Avayé ! J’ai apparu à Abraham, à It’hak, à Yaacov comme Divinité souveraine…». Le premier mot « Et parla » vav-youd-daleth-beth-resh = 222. Dans Exode 9,35 : « Et Pharaon persista à ne pas renvoyer les enfants d’Israël, comme Avayé l’avait annoncé par l’intermédiaire de Moshé ». Les mots « avait parlé par l’intermédiaire de » daleth-beth-resh + beth-youd-daleth = 222. Dans Exode20,1 : « Et prononça Avayé toutes ces paroles : Je suis Avayé, ton D.ieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, d’une maison d’esclavage». Le premier mot « Et prononça » vav-youd-daleth-beth-resh = 222. Ensuite, il faut évidemment savoir que le mot Avayé a une valeur numérique de 26. Mais, quand on dit « Et prononça Avayé » cela correspond à l’équation 222 + 26 ; or nous voulons savoir ce que veut dire 26 x 222. Pour cela, je propose de considérer 26 x 222 = 6 x (6 + 216). Je fais cela car visuellement cela me plait car on un lien fort = le vav = 6 car en fait on a 26 x (6 + 216) = 26 x (6 + 6x6x6). On a donc une sorte de bon lien. Je rajouterais de plus que le mot Berakha (bénédiction) = beth-resh-kaf-hé où beth-resh-kaf totalise 222 ! Alors à quoi correspond le hé qui vient s’ajouter à 222 ? On trouve une similarité dans le commentaire de Rachi pour Béréshit 1,31. Rachi dit : « Le sixième jour : le hé superflu (dans hachichi) qui apparait à la fin de l’œuvre de création est destiné à nous faire savoir que le Saint béni Soit-il l’a assortie d’une condition, à savoir qu’Israël accepte les 5 livres de la Tora. Voilà, je reviens donc sur ce chiffre 6 choisi pour introduire une addition (26×6 + 26×216) afin de transformer la multiplication (26 x 222) ; on préfère une addition car on peut alors créer une phrase car dans une phrase on additionne les guematria. Ainsi, le 6 est bien car le Zohar dit que le mot Béréshit est composé de deux mots « bara » et « chit » = bar achit = « Il créa 6 » (car chit se rapproche du mot araméen « chech ». Donc le 6, correspond aux 6 jours de la création à la fin desquels D.ieu a examiné que tout ce qu’il avait fait, c’était éminemment bien (Béréshit 1,31 : cf Rachi) ; on a là le lien avec 222, la création, le beth 2 (x 111 = Aleph), et le fait que c’est bien correspond à la bérakha (à la Torah). Ok, je reviens à l’équation : 26 x 6 + 26 x 216 afin de savoir à quoi correspondrait l’année 5772. On peut transformer 26 x 6 par Yosef car la guématria du mot Yosef = 156 = 26 x 6. Puis pour 26 x 216 = 5616 ; on devrait pouvoir le remplacer par quelque chose afin de savoir ce qu’on doit associer à Yosef. Il faudrait rechercher dans la Torah s’il n’y a pas une phrase qui possède cette guematria. Pour ce faire, il faudrait un programme informatique. J’avais idée d’en programmer un, mais je ne suis pas informaticien donc il me faudrait un peu de temps pour me familiariser avec un langage de programmation mais cela n’est pas infaisable. Ainsi, peut-être que dans les quelques mois j’aurai ce programme…J’ai encore un peu le temps – jusqu’à Rosh Hachana 5772 ;-). Si vous possédez un tel programme, je serais heureux de savoir s’il existe une phrase de Torah de guematrie 5616… Bien à vous. Ps : j’ai aussi vu que Qohélet possédait 222 versets…

  6. Bonjour Haïm,
    Hier un ami d’enfance est venu me voir une heure et nous avons discuté. Il est très loin des réflexions de la Tora mais comme tous est très intéressé par ces sujets.
    Alors nous avons discuté de mes dernières connaissances, ou réflexions elles-mêmes produites par la pensée de tes cours que j’associe pendant la phase de « digestion » aux connaissances acquises avant.
    Ainsi nous discutions des opposés. Et résumions, pour aider notre réflexion, à l’expression la plus simple de la dualité c’est à dire précisément deux. Je lui disais que depuis la faute de Adam, le bien et le mal qui étaient jusqu’à la totalement séparés, se sont trouvaient mêlés.
    Lui acceptait ce postulas mais quitté la discussion « verticale » pour entamer une discussion horizontale donc par des nuances terrestres. De plus il ne comprenait pas bien l’imprégnation de ces deux entités. D’éducation catholique il avait à l ‘esprit une division idéale c’est à dire originelle.
    Alors pour lui faire comprendre j’ai pris l’exemple de deux tas de grains, du riz, blanc et de l’orge donc plus foncée.
    La il a commencé à comprendre. Je lui dis, à partir de quand peut on dire que le tas de riz ne contient pas d’orge ? Si un grain d’orge est mélé à des milliard de grains de riz, peut-on dire qu’il n’y a pas d’orge ? Non m’a-t-il répondu. Et si une moitié de grain d’orge est dans le riz. Peut on dire que le ats de riz ne comprend pas d’orge ? Non . Et une quantité infinitésimale dans uen quantité infinie de riz, peut on dire dans à cette condition que le tas de riz ne contient pas d’orge ? Non m’ a t il encore répondu.
    Bon accepté l’idée du « c’est mêlé », nous avons continuait pour arriver à la vision de ces deux tas.
    Si tu regardes le tas de riz, c’est un ascenseur qui te fait descendre ou monter et si tu regardes le taz d’orge c’est un ascenseur qui te fait monter ou descendre. En effet si l’on regarde le taz de riz qui contient l’orge, tu regardes, sous la condition qu’une fois assuré de la majorité tu cherche l’exception, une fois l’absolu atteint on cherche le relatif forcément tu regardes le mal dans le bien, Bilam et donc tu descends. Si tu fais pareil dans l’autre tas avec comme priorité de regard, l’exception c’est à dire le bien dans le mal tu montes.
    Or pour regarder l’exception, retrouver le grain d ‘orge dans le riz et retrouver le grain de riz dans l’orge, il te faut connaître leur absolu. Donc le Bien pour le bien et le Mal pour le mal. La majuscule étant le regard du taz de riz contenant l’orge donc la j’appelle le riz « Riz » et je regarde le taz d’Orge en regardant le grain de riz et la c’est « riz ». Idem avec l’orge.
    Donc remettons cela à notre histoire. Et donc revenons au milieu et regardons le. C’est nous. Israël.
    Le zéro n’est jamais absolu, c’est soit zéro plus ou soit zéro moins. Comme améliore tu l’absolu du zéro en écartant ses bras ses extrêmes. Un animal est proche du zéro absolu et n’a pas de bras pour changer de niveau.
    IL faut regarder un chromosome, deux brins qui s’entrelace. LE zéro absolu c’est un canal d’énergie comme le faisceau d’un laser. Le schéma de la nature c’est l’ellipse. C’est quoi l’ellipse, en math x,y,z, c’est une force qui tire, une qui écarte et l’autre qui monte. Le tout autour d’un axe.
    Quand tu écartes, comme un arbre et ses branches, le bout des branches se relève vers le ciel, le bien et le mal, les opposés bien écarté, se rabatte et sont aspirés par le centre qui les réunions en deux brins que forme le centre des ellipses, qui renferme la vie et donc le Divin, qui viennent alimenter ou réalimenter le centre qui a dépenser à s’écarter. Ecarte les bras rejoins les et entrelace les autour du centre et tu as un chromosome.
    Moïse s’est énervé après le rocher, le rocher c’est ce qui est dur, lourd, pesant, le corps. L’esprit, l’énergie, s’est énervé après le corps qui ne suivait pas. Il s’en est coupé et n’a pas pu rentrer donc amené son corps vers le haut. Car ce petit jeu d’écartement puis de recentrage fait monter donc énergise la matière qui étant le centre, mon corps le temple, le zéro, doit suivre pour alimenter le jeu de la dualité. IL est monté sans le corps. Bilam, lui, l’autre coté, est descendu avec.
    Qui est venu en premier de ces deux hommes ? Comment commençons nous à chanter : « regarde le bien dans le mal pour construire. Mais quand tu regardes le bien dans le mal, ton bien devient un Bien. Tu es donc sur l’autre tas. Tu regardes donc le Bien. Mais tu est attiré par l’exception. Tu regardes donc le noir. Puis forcément à force, le Mal. Alors tu est sur l’autre tas. Sur l’autre ats tu regardes l’exception. Alors tu regardes le bien. Puis le Bien etc…
    Par quoi commence tu la chanson ? Par : « regardant le bien dans le Mal, je vis le Bien. Puis regardant le mal dans le Bien, je vis le Mal. Alors je vis le bien dans le Mal.. Ou bien par : « regardant le mal dans le Bien, je vis le Mal et je n’ai jamais compris qu’il me fallait changer de tas ?
    Cette nuit du treize juillet fut riche en enseignement. Merci Haïm pour tes clefs fantastiques. Multiplions le nombre de clefs c’est à dire d’humain connecté et connectant les opposés afin qu’un être ne supporte pas le poids du monde sur ses épaules.
    Peux-tu me dire quand il y a aura un alignement des planètes ? Un canal plus direct un recentrage, n’oublions pas que cela arrivé quand les extrêmes sont suffisamment écartés, les branches suffisamment grandes pour retourner au centre et chercher à s’unir. Qu’attends le phénomène ? A ce que le centre les attire. A ce qu’il puisse former un ADN, sous entendu la vie. Tous ce mécanisme aussi bien vu ici qu’en haut est lié. Si nous voulons monter il faut permettre à ce que le centre nous donne son énergie qui est en fait la capacité pour le zéro d’être un peu plus zéro plus et moins.
    Je pourrais continuer mais aujourd’hui je reviens un peu au centre et donner cette apprentissage à ma famille.
    Bonne journée
    Fabrice

  7. Bonjour
    Histoire de fou :
    L\’on suit une histoire de fou en prenant la diagonale comme aux échecs.
    C\’est là la démarche des crabes, « boiteuse ».
    Il y a au moins quatre crabes, le crabe chaud de la zone cancer, le crabe froid de la zone scorpion qui est « acrab », l\’un est de feu et l\’autre d\’eau.
    Il y a un crabe de Kipour mais en égyptien Képri et là en image un scarabbé, c\’est à dire un escarb(é).
    Le quatrième est caché, il est voilé ou alors déguisé, c\’est le crabe de Pourim car dans ce cas le K n\’est pas visible ; disons que la force du K est en retrait.
    L\’affaire de la prostitution des femmes/filles là bas peut dire violence extrême, c\’est à dire cette violence et son déni, une sorte de sans issue, de non lieu. Contrainte physique et folie, très, très dur.
    L\’oeil gauche en positif, si possible, peut se lire allusif à un point de résistance dur, un os ; un os, os de l\’os.
    C\’est à dire ce qu\’il y a de plus dur en matière d\’os, disons de l\’os \ »fondamental\ » d\’en bas. Os comme peut être Eve par exemple.
    S\’il faut regarder Jacob chez Lavan, peut être au moment des baguettes et Jacob ailleurs au moment de la pierre, après la nuit.
    Si l\’on dit borgne de l\’oeil droit, il existe aussi borgne de l\’oeil gauche, voyant des deux yeux et aveugle, tout cela pouvant être référer à la constitution du corps.
    Il s\’agit de différents degrés de handicaps et faute de mieux je dirais que l\’on commence peut être à entrevoir clair avec une sorte de « troisième oeil ».
    Vous voyez avec des yeux juifs, dans le paysage que vous décrivez, une matrice messianique, vous avez bien de la chance.
    Mes yeux, jusqu\’à l\’os, sont de facture originelle assez stricte catholique et romaine (et : pour ne pas confondre trop vite), alors je vois avant tout une énorme pression qui produirait une sorte de zombie, ni mort, ni vivant ; ni raisonnable, ni fou, ni-ni et-et. Un non lieu.
    Deux mille ans pour « gouter » à l\’empire, pour traverser, c\’est dur, violent, mais avec l\’espoir d\’une sortie.
    Dans l\’empire il n\’y a pas d\’autre nourriture que l\’empire, là on mange de l\’empire du matin au soir et du soir au matin.
    Si votre Mashia est tombé là dedans, l\’on peut se demander qui délivrera qui, qui doit délivrer qui.
    Et si ce doute est fondé (je ne sais) , vous devriez peut être prier pour lui, pour sa délivrance.
    L\’empire c\’est extrêmement violent. Dur.
    Ps.
    je viens de lire les commentaire et je vois qu\’il est question de scorpions dans l\’un d\’eux comme dans le mien. J\’aurai du lire avant mais ils n\’y étaient pas. Les mots raisonnent étrangement, il y a une pluie de cancers autour de moi depuis des mois, de plus en plus proches. Ce cours est pour moi épuisant et effrayant.
    Mais bien évidemment vous n\’y êtes pour rien alors, merci.

  8. Elior tu es vraiment inspiré, c\’est très très fort et là je reconnais que tu dois avoir des sources sures. Concernant Edom, pourquoi le Rav ne parle t-il pas du monde chrétien, au lieu de resserrer cela uniquement à Rome?

  9. Chapeau au Rav et à Elior !!!!

    Pour essayer de compléter cela, il faut rappeler que le mot צרפת à la \ »gumatria\ » de 770, soit בית משיח . Ce n\’est certainement pas un hasard ! Il est a parie que ce sera de ce pays que viendra la convertie !

    Cordialement,

  10. Elior, tu aurais dû naître en 1967 ou en 1977, pas en 1987 ! Lol !

  11. Bonjour
    pourquoi le Rav ne parle t-il pas du monde chrétien, au lieu de resserrer cela uniquement à Rome?

    _Peut être parce que Rome c\’est effectivement le christianisme mais aussi et avant l\’empire.
    Christianisme, au minimum : « judéo greco romain », voir Paul ; quelque chose du logos grec (de l\’universalisme, l\’université… etc), quelque chose de la force militaire et du droit romain (universalisme impérial) et quelque chose du…messianisme juif.
    L\’empire romain réussi un tour de force particulier, il fait d\’une dimension à priori critique radicale un élément essentiel de sa pérennité. Ceci interroge autan l\’empire que l\’élément critique.
    Notez d\’un côté les tensions entre Esav et Jacob et de l\’autre entre Romulus et Rémus, allez voir là bas pour une petite approche des récits fondateurs de Rome (je dis récit plutôt que mythe).
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Romulus_et_R%C3%A9mus
    Histoire de « famille », qui est le père, qui est la mère, guerres fratricides etc etc…
    _Plus proche Rome impériale et religieuse.
    Impériale : politique, économique…Religieuse : catholique…
    Prenez la séquence années trente, quarante ; à Rome, Mussolini réactualise les signe archaïques de l\’empire et sa mythologie ; les éléments catholiques demeurent.
    Pour de nombreux enfants italiens de l\’époque, il y a l\’éducation catholique en latin (fils ou filles de Jésus) et l\’éducation fasciste (fils ou filles de la Louve via le Duce).
    C\’est un climat un peu particulier, je vous donne un exemple de famille, mon grand père fasciste situait Mussolini, tel une sorte de génie légèrement « au dessus ou au dessous » du Christ…
    Le fascisme était selon lui le vrai socialisme et après Mussolini les fascistes les plus conséquents étaient à ses yeux Staline et… Churchill…
    Hitler était selon lui une sorte d\’excroissance délirante, une maladie et une malédiction pour le vrai fascisme ! Son idéal fasciste était une sorte de mélange de communisme et de capitalisme ; un peu la Chine actuelle ou même à bien des égards… la France, hyper étatique et libérale.
    _Enfin jetez un coup d\’oeil attentif à la maffia.
    Il y a de nombreux enseignements à tirer des zones obscures ou claires obscures en lesquelles l\’humanité est à vif et nue. Notez ses trois secteurs traditionnels d\’activité : le sexe, les jeux, les drogues (alcool etc).
    Contrôler et désorienter, les engendrements, le « hasard » et la raison, les rêves…
    Trois domaines, un peu comme trois couronnes, ou trois magistères comme chez Hermès.
    Ici un peu d\’héraldique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_du_Vatican

    Donc Rome ce n\’est pas resserré, c\’est large, très large, très très large…
    C\’est tellement large qu\’effectivement c\’est aussi très resserré, assez étouffant…
    Deux mille ans d\’exil, c\’est pas rien ; les « anges d\’ Esav » ont tout de même une certaine envergure, c\’est pas vraiment des mickey de poche.
    Il y a des choses qu\’ils maitrisent plutôt bien, l\’art du retournement, la gestion de la catastrophe ; l\’apocalyptique c\’est leur tasse de thé depuis le début.
    S\’il n\’y avait plus de Juifs Rome serait capable d\’en ressusciter uniquement pour… pouvoir s\’en débarrasser.
    Les histoire de famille et d\’identité ont souvent à voir avec les limites de la raison et donc avec la folie.

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+