La Largesse s´Enracine dans l´Etroitesse ! -Maamar du Rabbi Roch ha Chana – 18 Septembre 2011

MP4 MP3 Au départ, une question simple et tellement évidente et pourtant la réponse va nous amener vers des profondeurs insoupçonnées !
Pourquoi le choffar as-t-il cette forme d’instrument étroit qui va en s’élargissant ?
Au programme, Tossefote, rachi, baal hatourim, David hamélekh, rabbi Itshak qui dévoilent à partir de la Torah de Moshé et du Talmud, tout un programme !
Remontons à la source ou nos maitres ont trouvés dans des versets qui parlent de la terre d’Israël, une allusion au mois de Tichri et au Choffar. Il n’y a que les maitres d’Israël pour faire cela !
11ème chapitre de la Parachat Ekev, 10ème verset :
Saches que la terre ou je t’amène n’est pas comme l’Egypte (différence fondamentale entre 2 types de sociétés et de construction d’un peuple sur la terre, différence entre Mitsraim et Israël) d’où je vous ai sorti (il y a donc une raison de sortir de ce système qui présentait de nombreux avantages) car Mitsraim était une terre ou tu pouvais abreuver ton jardin avec un simple coup de pied (chaque propriétaire terrien pouvait arroser facilement ses champs). Et dans la terre ou je t’emmène pour la conquérir, il y a des montagnes, des vallées et l’eau (pluie du Ciel),…tu devras la demander.
(L’homme en Égypte est constructeur de sa propre réussite terrestre alors qu’en Israël, tout ne dépend que de D. ‘même si en Égypte, ca dépend aussi de D.) !
D. veut nous sortir d’un système complètement matérialiste pour nous amener vers un système ne dépendant que de lui !
Rachi nous dit : Le système type Mitsraim est rassurant mais demande beaucoup d’investissement alors que le système type Israël est un système incontrôlable mais est beaucoup plus confortable (les notions de la fête de Roch haChana sont enracinés dans des notions parlant d’Erets Israël).
Une terre sur laquelle D. veille et fait attention à que tout ce qui doit se passer se passe, une terre ou les yeux de D. sont constamment posées, du début (Méréchit écrit sans ‘Aleph) de l’année jusqu’à la fin (ad aharit) de l’année.
(Notre subsistance ne dépend que de la bonne connexion avec D. ! Cette terre, connectée par le biais des 7 fruits, est surveillé par D.).
Méréchit (hachana) forment les mêmes lettres que De Tichri, nous dit le baal haTourim !
Sans le Aleph, le mot Réchit fait allusion aussi à Rachit (détresse de l’année), le Rach fait allusion à un état de pauvreté et de détresse très prononcé.
Aharit fait allusion à une chose qui renvoie au bonheur et à la réussite !
Si tu veux arriver à un niveau de réussite, tu es obligé de commencer par une situation d’extrême manque.
Ces 2 versets font allusion à la société qui veut se construire sur sa terre, nous apprenons d’eux l’allusion à roch haChana mais nous retirons aussi que l’extrême manque amène à la réussite.
Cela amènera nos maitres du Talmud à dire que c’est la raison pour laquelle nos maitres ont choisi la corne (la Torah ne fait aucune allusion à l’instrument avec lequel on doit sonner) de bélier (Akéda Itshak, c’est clair mais il y a autre chose que la tradition orale, nous avons besoin d’une source ou d’une allusion écrite pour construire une loi) : le choffar a une forme qui commence par l’étroitesse et va en s’élargissant, ils ont également trouvés dans les Téhilim (min hamétsar kérati Ya,…De l’étroitesse, je t’ai appelé et tu m’as répondu dans la largesse), voila l’allusion écrite qu’ont trouvé nos maitres pour conforter la loi orale du Choffar ! Magnifique ! Elle est si belle la sagesse d’Israël ! La largesse s’enracine dans l’étroitesse !!!
Le premier verset nous révèle la source de notre subsistance (Mitsraim, son pied et Israël, le Ciel) et le second verset nous explique comment fonctionne un flux Divin entrainant la réussite (d’abord l’extrême rétrécissement qui est la condition sinéquanone à l’extrême élargissement).Tout système obtenu facilement et agréablement ne peut être une chose dont la source est céleste, elle t’enfermera à l’intérieur d’un système ou tu ne verras plus le Maitre du monde !
Très intéressant, mais ou est la nouveauté ? Nous le savions déjà et puis, même les nations savent que c’est la base du fonctionnement du monde !
Allons voir dans le Talmud Roch haChana Page 16b:
Rabbi Itshak dit que s’il arrive qu’on n’ait pas pu sonner au début de l’année (cas de force majeure), ce n’est pas un bon signe et cette année se finira certainement mal (Il semble que le son du choffar au début est si important que la fin de l’année en dépende).
Toute année misérable en son commencement finira dans la réussite !
Rabbi Itshak nous montre que notre vie, durant l’année, est influencée par cette sonnerie !
Tossefote, contemporain du baal hatourim, vit durant une période sombre pour le monde, en plein moyen âge et c’est à ce moment qu’Israël produira les plus grandes lumières.
On accuse les juifs d’empoisonner le puits, ce qui entraine la peste noire.
Toutes les époques d’oppressions donneront le meilleur de notre peuple.
Les Tossefote sont des commentaires médiévaux sur le Talmud. Les auteurs sont connus sous le nom de Tossafistes (baalé hatossefote). La période des Tossefote commence immédiatement après que Rachi eut écrit ses commentaires ; les premiers tossafistes étaient les gendres et les petits-fils de Rashi. Il est vrai que les commentaires de Tossefote commencèrent à être écrit en Allemagne en même temps qu´en France, mais les tossafistes français, numériquement parlant, prédominèrent toujours. Ils sont majoritairement anonymes mais certains sont plus célèbres comme Rabénou Tam, Rachbam, Rabbi Yikhiel de Paris,….tout celui qui veut pérégriner ces grands maitres et connaître leur arbre généalogique doit aller à Ramerupt, nombres d’entre eux sont enterrés la bas, tout près de la rue rachi !
Voila ce qu’écrit Tossefot : dès qu’Israël arrive a ce niveau de détresse totale, leur cœur se brise (lev nichbar), ils attirent alors la hakhamim (pitié) du Ciel !
Vu leur époque trouble, les grands maitres sont obligés de voiler leur message mais tout celui qui a une oreille avec des notions de kaballa sait que le message va au delà de sa simple présentation.
Le Ramban fait partie de la chaine de transmission des secrets de la Torah depuis Moshé rabénou, nous dira le Ari Hakadoch !
Ramban dira à propos du second verset : saches qu’il y a un très profond secret dans ce verset car quand il parle de cette terre, il fait allusion à une terre (allusion à malkhout) qui connecté au kol qui est le kol (allusion au yessod) et toutes les autres terres reçoivent leur nourriture de cette terre Béémet (allusion à Tiféret).
Encore plus mystérieux!
Demain, avec l’aide du Ciel, nous allons tenter d’ouvrir ces magnifiques commentaires.
Du travail en perspective mais déjà, on ressent combien cette simple corne de bélier a à nous apprendre ! Majestueuse, la sagesse juive !!!


10 juillet 2018