30 Decembre 2012 -Talmud Sanhedrin- La bourse ou la vie

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : \ »Celui qui a volé des objets, puis est ressorti de la maison, et est attrapé seulement par la suite, n´est pas tenu de rendre ces objets.\ » Rachi commente : il est \ »patour\ », c’est-à-dire que \ »bien que les objets soient là, il est dispensé de les rendre, car il les a acquis avec le sang de sa vie, puisqu´au moment où il les a pris, il était passible de mort.\ » Lorsque la justice me donne un droit sur sa vie, je dois céder tous les droits sur les objets qui étaient à moi. Je ne peux avoir les deux droits. En effet, lorsqu´il vient pour me voler, je ne suis pas vraiment en danger de mort, puisqu´il est occupé à prendre les objets, et ne me menace pas ; le danger est seulement potentiel. Pourtant, on me donne droit sur sa vie : on m´autorise à tuer quelqu´un qui n´est qu´un voleur. En entrant en cachette, il se met donc à mort. Si je tire sur lui, je ne récupère pas ce qu´il m´a volé, car j´ai fait le choix de son sang. Et, s´il a réussi à sortir, il a échappé à la mort et garde l´objet. La Torah fait pour moi le choix de l´essence : ma vie a un tel prix qu´on ne m´autorise pas à courir le moindre danger ; mais je perds mon bien. Le voleur, au contraire, a fait le choix de risquer sa vie pour l´objet, et donc il le garde. La Torah veut nous éduquer et construire une société où les valeurs sont à leur place : si tu aimes l´argent au point que tu le prends quand il n´est pas à toi, ta vie n´a plus de sens et tu ne mérites plus de vivre. Et si tu considères que ta vie a un tel prix que tu peux tuer, tu dois choisir l´essence et renoncer à tes biens.


30 novembre -0001