Paracha Korah- Une Mezouza a l´entree d´une boite de nuit – 4 juin 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : La paracha Kora´h est très dense et complexe. Kora´h et Moshé représentent deux visions fondamentales du monde, et de la relation entre D. et l´homme, qui sont à l´extrême opposé. En apparence, Kora´h se révolte parce qu´il veut, lui aussi, la Kéhouna. C´est du moins ce que nous montre le Texte écrit. Mais nos Maîtres nous révèlent qu´un message extrêmement profond se cache derrière sa double provocation. D´abord, il vint avec 250 chefs de tribu, tous vêtus d´un talit entièrement peint en bleu. Le talit devait avoir, à chacun de ses coins, 8 fils, dont un bleu. Kora´h soutient que, si le talit est bleu, il n´est plus besoin d´y faire pendre un fil bleu. Ce à quoi Moshé répond que cela est toujours nécessaire, car c´est une ordonnance reçue d´Hachem.

Kora´h et les 250 chefs venus avec lui tournèrent cela en dérision, car il s´agit d´un seul petit fil, qui ne fait pas partie du talit, et n´y est même pas cousu. Ils prétendirent que, si cela permet d´accomplir la mitsva, à plus forte raison un habit complètement bleu ! Et ils remirent en cause tout l´enseignement de Moshé. Moshé est le canal par lequel tout passe ; c´est lui qui a reçu toute la mise en pratique concrète des commandements, dans les moindres détails. Le peuple, lui, n´a pas entendu. C´est pourquoi toutes les ordonnances sont introduites par \ »va-yedaber Hachem el-Moshé lemor\ ». Lorsque le peuple a une confiance totale en Moshé, tout va bien. Mais Kora´h, le premier, remit en cause la transmission passant, de façon incontournable, par Moshé. Selon la logique, Kora´h semble avoir raison. Pourtant, si quelqu´un a le talit bleu et non le simple fil, il n´a pas accompli la mitsva !

Kora´h soulèva une autre question : si l´on met à sa porte une mezouza (parchemin avec 10 versets de la Torah), la maison est kasher. Mais, si l´on a dans la maison 10 sifrei Torah, doit-on mettre une mézouza ? Moshé répondit par l´affirmative. Kora´h prétendit que Moshé voulait inventer une religion illogique, afin de briser l´intelligence du peuple, et de le rendre docile à tout ce qu´il voudrait lui imposer. C´est ainsi qu´il parvint à soulever Israël contre Moshé.

En quoi Kora´h se trompait-t-il ? Et quel est le message caché derrière cette polémique ? Nos Maîtres disent que le fil de couleur bleue fait allusion à \ »irat shamaim\ », la crainte du ciel, la crainte d´Hachem. Le fil bleu rappelle constamment à l´homme qu´il doit craindre ciel. Mais un simple fil signifie que cette crainte est fragile ; il n´est même pas cousu à l´habit, il pend au talit, car l´irat shamaim est secondaire, accessoire, dans la vie de l´homme. Au contraire, l´habit complètement bleu exprime que la crainte d´Hachem fait partie intégrante de sa vie ; d´où la question, si toute sa vie est la crainte d´Hachem, comment n´est-il pas acquitté de la mitsva, par l´habit bleu ? Quant à la mézouza, elle contient seulement quelques versets ; de plus, on la fixe dehors, ce qui est laisser la Torah à la porte, et même à l´extérieur ! La maison est juive, mais de façon secondaire. Quand, dans la maison, il y a seulement des livres de Torah, pourquoi faut-il aussi mettre un simple parchemin à la porte ?

Se cache ici une vision extraordinaire de l´homme, et du sens de l´existence : Hachem sait que la quasi-totalité de l´humanité est tout en bas, souvent dans les poubelles de l´histoire, au milieu d´hommes qui y sont aussi. Si, dans un tel contexte, quelqu´un arrive à s´accrocher à un fil, c´est la preuve qu´il a une âme immense ! Par exemple si, dans une période de grandes difficultés ou de famine, un homme, non seulement ne prend pas aux autres, mais parvient à donner une miette de ce qu´il a, à un pauvre qui a encore plus faim que lui, il a révélé qu´au niveau de son essence, il est un géant ! Si quelqu´un n´a jamais étudié, et n´a jamais eu de modèles spirituels mais, aussi bas qu´il soit, il arrive à avoir, ne serait-ce qu´un fil de morale, ce fil est révèle sa grandeur.

De la même façon, celui pour qui la Torah est la dernière des préoccupations, parce qu´il n´a jamais été enseigné, mais qui veut quand même mettre une mézouza à sa porte, prouve que la Torah est présente DANS SON ESSENCE ! Des facteurs historiques, extérieurs à lui, l´ont empêché de la connaître, mais tout est là, présent en lui. La mézouza, ou le fait qu´une mère juive va toujours circoncire son enfant, même si elle n´accomplit aucune autre mitsva, sont les preuves que le peuple juif n´a jamais renoncé à son essence. La Torah et l´Alliance font partie de nous-mêmes ; notre essence est seulement voilée. C´est pourquoi, lorsque l´on voit l´extérieur d´une personne ou d´Israël, il ne faut jamais juger ! Ce fil bleu qui pend du talit, et la mézouza à notre porte, représentent L´ABSOLU CONFIANCE D´HACHEM EN NOUS : Il sait que, même s´il n´y a aucun autre signe, tout est encore là, présent dans notre essence. Le but d´Hachem, et tout le sens de l´histoire, est que cette essence se dévoile, montrant que tout est toujours récupérable !

Le monde n´a pas été créé pour les élites, pour ceux qui ont déjà tout le vêtement bleu et toute la Torah. Le Projet est, au contraire, que ceux qui n´ont rien reçu puissent un jour s´accrocher à un fil, dans un temps difficile, quand ils n´auraient eu aucune raison de le faire. En révélant leur essence, ils prouveront l´indestructibilité de l´âme que D. a mise dans ce monde. Pour montrer la force de quelque chose, il faut qu´il soit jeté dans l´épreuve. Seulement ainsi, peut être prouvée sa force et sa capacité de gagner ! Et, dans la Délivrance, par ces hommes, c´est toute l´humanité qui aura gagné.

Même si sommes tout en bas, ne négligeons pas le petit fil de ce que nous pouvons faire. Un jour ce petit fil nous sauvera ! A beaucoup d´égards, ce qui se passe dans notre peuple et sur notre terre est catastrophique, mais il y a partout des fils bleus ; ils sont l´espoir d´Israël. En hébreu biblique, fil se dit \ »´hout hatikva\ », le fil de l´espoir. Il faut toujours s´accrocher à quelque chose ; ne jugeons jamais les autres, et ne nous rejetons pas nous-mêmes à cause de ce qui a pu être raté. Sachons voir, dans les autres et dans nos vies, les fils bleus formant le drapeau d´Israël qui flotte sur nos vies !


30 novembre -0001